Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Tous les livres, toutes vos lectures... à Montauban.

older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | .... | 16 | newer

    0 0

    Lecture coup de coeur >> LA MÉTHODE ARBOGAST
    de Bertrand de La Peine
    aux éditions Minuit, 13.00 €
    La méthode Arbogast pourrait tout aussi bien s'intituler Tintin et les grenouilles dorées de la Montagne d'Ambre, tant on se retrouve dans l'univers rocambolesque et incroyable des BD de l'école Belge. D'ailleurs on est à Bruxelles. Tintin, ce serait Valentin Noze, tombé sur la tête à la suite d'un enchaînement malencontreux de broutilles. Pour calmer sa migraine, il s'abandonne aux mains du Dr Arbogast qui pratique l'hypnose et la décoction de grenouilles malgaches. Dans la place, Sybille, qui se fait passer pour secrétaire, est de fait une militante de l'association Libertalia qui lutte pour la défense d'espèces menacées. Et nous voici à Madagascar où l'on se réveille à fond de cale, après avoir été assommé par des contrebandiers. Un cyclone plus tard tout finit bien. La rapidité de l'écriture est pour beaucoup dans le plaisir à lire Bertrand de la Peine : tout cela est troussé en moins de 120 pages... On peut aussi parler des nombreux clins d'œil à la peinture (Valentin rêve d'être iconographe), d'autres encore à l'édition et à la librairie, dont une méthode de mémorisation des couvertures de livres qu'il faudra songer à faire breveter. Il y a enfin une allégresse, une façon subtile de ne pas se prendre au sérieux qui emporte l'adhésion. La méthode Arbogast ne guérit pas que les migraines : elle soulage aussi diablement de la morosité !methode_arbogast

    0 0

    VALÉRIE RABAULT DÉDICACE “LA FRANCE CONTRE-ATTAQUE”- Rencontre - Le Samedi 19 Octobre 2013 de 15 à 16 havec La Librairie DelochefranceContreAttaqueL'auteur : Députée du Tarn-et-Garonne depuis 2012, Valérie Rabault, ingénieure des Ponts et Chaussées, a exercé jusqu'à fin 2011 dans une banque d'investissement où elle a géré les grands risques de marché. Elle coécrit "La France contre-attaque" (Odile Jacob) avec Karine Berger, avec qui elle avait déjà signé "Les trente glorieuses sont devant nous" (2011)   Le livre : Cet essai entraîne le lecteur au coeur des entreprises françaises qui réussissent et qui innovent. Il nous dévoile ces PME qui exportent grâce à leur technologie et qui créent des emplois aux quatre coins du pays. Bref, il met le projecteur sur nos talents, si déterminants dans la compétition mondiale. Certes, cette bataille n'est pas encore gagnée. Et le danger serait de se tromper de combat en réduisant l'entreprise à un équilibre comptable et le profit à une stratégie de coût. Alors que c'est la création de valeur - véritable source de croissance - qu'il faut mettre au centre de notre politique économique. Avec un optimisme salutaire, Karine Berger et Valérie Rabault dessinent une stratégie globale et formulent des propositions - du financement à la transformation de l'environnement des entreprises - pour que la France réussisse sa contre-attaque.

    Le Samedi 19 Octobre 2013 de 15 à 16 hà La Librairie Deloche

    0 0

    Lecture coup de coeur >> VIE ET DESTIN DE CÉLESTIN AREPO
    de Jérôme Millon
    aux éditions La Fosse aux ours, 16€ €
    jerome_millon La vie d'un petit homme gris -disons : le comptable d'une usine de roulements à billes- nécessite certainement, pour acquérir de l'intérêt, qu'un événement extraordinaire la perturbe. C'est ce qu'il advint à Célestin Arepo -pas Apero, ni Opera- ce fameux après-midi où il accompagna son nouvel ami Mathurin, le gardien du cimetière, à une partie de pêche. Que découvrit-il donc ? Les nuages, « les merveilleux nuages » chers à Baudelaire -et la rêverie qu'ils engendrent... Le soir même, les mots qu'il aimait jusque là derrière les grilles de mots croisés, il en fit un poème. Le ver(s) était dans le fruit. Il ne lui restait plus qu'à tomber amoureux -d'une latiniste, bien sûr-, et, entre un voyage à Pompéi et une excursion sur le Rhin, à s'inventer une généalogie. Un matin, la goutte d'eau qu'aura été sa vie se sera évaporée. Mais de quel éclat elle aura brillé ! Pour son premier roman, l'éditeur Jérôme Millon nous offre une bel éloge des humbles, d'une écriture soutenue, une fable dont la seule morale serait que chacun de nous est « un maillon indispensable dans la chaîne de l'infini ». Comment ne pas être emporté par un flot de sympathie pour Célestin Arepo, notre tellement semblable, et pour son auteur ?

    0 0

    PRIX DE LA NOUVELLE DE LA FEMME RENARD – LAUZERTE 2013
    passeIimparfaits La huitième édition de Place aux Nouvelles, festival littéraire centré sur la nouvelle, s’est déroulée à Lauzerte le dimanche 8 septembre. Le soleil qui avait fait place à la pluie le matin a réapparu en début d’après-midi, tout comme le public venu revoir des auteurs rencontrés lors des années passées et en découvrir de nouveaux. Vingt-huit auteurs étaient rassemblés sur la place des Cornières de cette superbe bastide moyenâgeuse du Tarn-et-Garonne parmi lesquels trois auteurs de B.D. Le prix de la nouvelle de la femme renard – Lauzerte 2013 a été décerné à Passés imparfaits (éditions Luce Wilquin) de Patrick Dupuis. Le prix Jeunesse de la nouvelle – Lauzerte 2013 a été décerné à La petite fille invisible d’Isabelle Minière. Quatre-vingt-quinze élèves du collège de Lauzerte ont participé au jury de ce prix. Cinq nouvelles, sélectionnées par les enseignants du collège de Lauzerte parmi les quatorze nouvelles proposées par des auteurs invités à Place aux Nouvelles, étaient en compétition. La neuvième édition de Place aux Nouvelles se déroulera à Lauzerte le dimanche 14 septembre 2014. Elle sera précédée, comme les années précédentes, de cinq rencontres, à la médiathèque intercommunale à Lauzerte et à la librairie la femme renard de Montauban, avec les cinq auteurs dont le recueil aura été sélectionné pour le prix Place aux Nouvelles – Lauzerte 2014. Les dates de ces rencontres et les actualités concernant Place aux Nouvelles seront disponibles sur le site www.placeauxnouvelles.fr

    0 0

    Lecture coup de coeur >> METO
    de Yves Grevet
    aux éditions Syros, 26.90 €
    metointegrale64 enfants vivent en autarcie complète dans une grande maison. Chaque jour, les Césars qui les surveillent leur donnent une piqûre pour qu’ils ne grandissent pas. Divisés en couleurs selon leur taille, ils ont une vie extrêmement disciplinée et sévère. Meto est un enfant parmi eux et le narrateur qui décrit minutieusement l’univers froid et carcéral de la maison, son fonctionnement codifié et hiérarchisé qui en font une ambiance inquiétante et parfois angoissante. Il décrit aussi les brutalités telles le jeu de l’inche (on attrape la balle avec les dents) au cours duquel les participants peuvent se briser les os, ou le frigo, un endroit réfrigéré où sont emprisonnés les récalcitrants. Un jour, Meto est discrètement contacté par d’autres enfants qui fomentent une rébellion. Cette trilogie passionnante qui ouvre Meto à la connaissance de son environnement, de la maison à l’île où elle se situe, puis au monde, interroge la liberté et l’exercice de la liberté. Car paradoxalement, en se libérant d’un monde de privations, il tombe dans un autre monde de privations, les acteurs étant incapables d’exprimer la liberté en règles universelles. Une dystopie saisissante à partir de la 4ème. nonoko

    0 0
  • 11/05/13--07:54: Lecture coup de coeur >> NOX
  • Lecture coup de coeur >> NOX
    de Yves Grevet
    aux éditions Syros, 16.90 €
    nox1L'humanité vit coupée entre la ville haute qui abrite les plus riches et la ville basse où s'entassent les pauvres, leur degré de misère se mesurant à l'altitude plus ou moins importante de leur maison. Tout en bas, c'est un brouillard épais, le fameux nox du titre. Lucen survit avec sa famille en économisant l'eau, en pédalant pour produire de l'électricité. Il attend de se marier avec Firmie, sa promise un peu rebelle, dès qu'ils auront dix-sept ans et qu'elle sera enceinte comme l'impose la loi. Et puis d'un seul coup, tout bascule. Le petit groupe d'amis d'enfance de Lucen explose, les miliciens conservateurs s'opposant aux révolutionnaires. Lucen aimerait ne pas prendre position. Mais sa rencontre avec Ludmilla, une jeune fille de la ville haute qui enquête sur la disparition brutale de sa nourrice issue des bas quartiers, le rend suspect, trop suspect... La trame est implacable et enchaîne les scènes avec une précision minutieuse toujours en alternant les points de vue de Lucen et Ludmilla, et quand l’action le concerne, Gerges, l’ami d’enfance. Cette alternance donne un double éclairage à l’univers sordide et asservissant : la lumière qui réprouve et s’interroge et résiste et l’obscurité qui consent et collabore. Une dystopie passionnante à partir de la 4ème. nonoko

    0 0

    EX-ÎLE - Lecture - Le Jeudi 21 Novembre 2013 à 18H30avec La Femme Renard

    cimade

    Organisées par la Cimade 82, dans le cadre du Festival Migrant'Scene 2013, Annabelle et Férouz, comédiennes, lisent Ex-île.

    Le Jeudi 21 Novembre 2013 à 18H30à La Femme Renard

    0 0

    MIQUEL DE PALOL - Rencontre - Le Mardi 26 Novembre 2013 à 19 heuresavec La Femme Renard

    MiqueldePALOL2

    Miquel de PALOL est un l'auteur catalan de Phrixos le fou et A bord du Googol, deux romans publiés aux éditions Zulma.

    Immense chef-d’œuvre de la littérature contemporaine, distingué par les prix les plus prestigieux, publié dans toute l’Europe, voici enfin traduits en français Phrixos le fou et A bord du Googol, premier et deuxième des trois volets du Jardin des Sept Crépuscules.

    Le Mardi 26 Novembre 2013 à 19 heuresà La Femme Renard

    0 0

    BABAR, BRICOLEUR DE BONHEURS. - Exposition - Du 13 Novembre au 1 Mars 2014avec Baux Livres

    babarUne

    BABAR : là on l'expose, ici il s'expose.

    Le bouquiniste bolegayre de la librairie Baux Livres s'associe à l'équipe de la Mémo de Montauban pour célébrer la joie de vivre et  de créer du sieur Jacques Chaubard dit BABAR, et de tous les bricoleurs de bonheurs.

    Apprendre à voir les petits bonheurs :

    Avec son parcours « BABAR, bricoleur de bonheurs » et tous les moments culturels qui composent cet événement, l’équipe de la Mémo avance dans sa mission d’éveilleur de goûts. Ici, goût du sourire,  goût des petits bonheurs, goût de la sincérité, goût de l’humour, goût du plaisir du souvenir des bonnes choses, goût de la joie de vivre … Voyez, osez, vivez ! Le concept de  création de Jacques Chaubard dit BABAR est simple. Les matériaux réveillent sa mémoire, ses mains se souviennent, le geste suit ; si les formes proposent les couleurs s’imposent. C’est tout. Babar est joueur, s’il répond présent à un exercice de style sur une figure imposée « le crucifix », « La Joconde », sa création dépasse la commande de départ  qui lui sert de tremplin pour une envolée  créative facétieuse et insolite. Pour autant, nous sommes bien ici en présence d’un véritable processus de création avec ses recherches, ses inspirations, parfois ses renoncements, souvent ses détournements … Dans le boucan d’un monde rugissant de vitesse, de performance, de production de masse, Babar nous joue en contrepoint une petite musique joyeuse. Transmettre et communiquer la joie requière en premier lieu une qualité physique puis une qualité de l’esprit. Babar est  un spécimen de cette espèce qui n’est pas en voie de disparition. A nous de les reconnaître hors ces murs. C’est sur cet art de reconnaître ces trésors vivants autour de nous, que cette exposition et toutes les autres initiatives culturelles, liées à cet événement de la Mémo, vont nous éclairer jusqu’au printemps … Le pari sera gagné si vous souriez. Oyez ! Oyez ! Pour sortir le Monde de la « tristitude », Babar fait sa part.

    >> MEMO

    Du 13 Novembre au 1 Mars 2014à la Mémo, médiathèque de Montauban avec Baux Livres

    0 0

    BABAR, BRICOLEUR DE BONHEURS - Rencontre - Le Mercredi 13 Novembre 2013 à 18H30avec Baux LivresbabarUne Inauguration de l'événement culturel conçu par l'équipe  la Mémo pour célébrer, autour de la création singulière de Jacques Chaubard dit Babar, tous les bricoleurs de bonheurs et autres inventeurs d'univers. Lancement d'une saison surprenante à la Mémo, en présence du sieur Babar, d'acteurs, d'artisans de l'événement et d'autres rêveurs de paradis. Le bouquiniste bolegayre de la librairie BAUX LIVRES s'est associé aux divers instants de bonheurs proposés sur toute la durée de cette manifestation.

    BABAR, sa vie mode d'emploi :

    « Naissance et renaissances d’un bricoleur de bonheurs »

        Automne 1929, Jacques Chaubard voit le jour à Montauban. On le gratifie du sobriquet insolite mais affectueux de « Babar ». Curieux de tout, Babar découvre le monde sur les pas d’un père magasinier, bricoleur émérite, pécheur sur  le Tarn ou le Tescou, et grand collectionneur de cartes postales. C’est d’ailleurs en explorant ce fonds paternel de plusieurs dizaines de milliers de cartes postales que Babar nourrit son imaginaire et développe une formidable mémoire visuelle.  Cette collection cartophile reste sa seule encyclopédie. C’est à 12 ans qu’il fait l’apprentissage de la vie active, « au cul des vaches » dont on lui confie la garde. Ensuite, il alterne divers métiers de manutention dans des fabriques, usines et autres chantiers montalbanais. Cuir, textile, argile, fer autant de matériaux qu’il apprend à façonner dans des conditions de travail parfois rudes.  Son aventure avec le bois commence à 30 ans, quand il entre dans la petite équipe de fabrique des Meubles Capelle. Il la quitte 30 ans plus tard quand, avec ses 300 employés, elle est devenue un des fleurons de l’économie montalbanaise.   Hiver 1989, pour Babar l’heure de la retraite a sonné. Le bonhomme se retrouve dans un petit appartement. Il a du temps, de l’énergie, un bon tempérament. Aussi pendant les 20 années qui  suivent, il seconde des amis brocanteurs et antiquaires, tout particulièrement Jean-Claude Périès, un maitre pâtissier, antiquaire par amour de l’art. Ensemble, ils sillonnent les routes, rencontrent collectionneurs et artistes. Babar commence à  créer sans contraintes, à bricoler des objets, maquettes ou tableaux aux couleurs de sa vie. L’artiste des boites et des assemblages, Paul Duchein, encourage sa démarche sans pour autant chercher à l’influencer, ni à l’orienter.   Eté 2008, à l’invitation d’un ami bouquiniste-bolegayre, Babar accepte d’exposer son travail sous les voûtes de la place nationale. Ainsi, en compagnie de l’illustrateur Rémy, du poème vivant Armand et de la peintre animalière Laure Coussot, Babar bricole en direct devant un public. Ce nouveau concept de performance collective est baptisé pour l’occasion  « Les faiseurs singuliers ». A dater de ce jour, Babar crée, invente, donne à voir, répond à toutes les sollicitations de partage et d’échange. Ses créations étonnent, émeuvent, apaisent, indiffèrent ou amusent ... Au quotidien, Babar bricole des bonheurs.   Printemps 2014, bientôt demain. Pour sortir le Monde de sa "tristitude", Babar fait sa part ...

    >> MEMO

    Le Mercredi 13 Novembre 2013 à 18H30à la Mémo, médiathèque de Montauban avec Baux Livres

    0 0
  • 11/07/13--01:48: Lire Yves Grevet
  • LIRE YVES GREVET

    Lireyves-grevet

    Yves Grevet est né à paris en 1961. Il enseigne en école primaire parallèlement à son métier d’écrivain. Après quelques romans pour la jeunesse, sa trilogie Meto éditée en 2008 est auréolée de prix et traduite dans plusieurs langues. Son roman suivant Seuls dans la ville paru en 2011 est de nouveau un grand succès auprès des collégiens qui le récompense de plusieurs prix. Enfin en 2012, Yves Grevet se lance dans une nouvelle trilogie Nox dont le troisième tome à paraître est attendu avec impatience. Yves Grevet montre dans ses romans son attachement à l’enseignement, seul vecteur d’un apprentissage de la liberté, de l’autonomie et la solidarité, et à travers ses dystopies il démontre la nécessité de résistance à l’oppression. Ces thèmes fondateurs de son œuvre en font un invité naturel pour les prochaines lettres d’automne consacrées à Albert Camus. Depuis quelques années les dystopies rencontrent un grand succès dans la littérature pour adolescents, et marquent un nouvel intérêt pour la science-fiction. La crise économique, les révolutions arabes et leurs échecs, les catastrophes comme Fukushima, les grands enjeux écologiques mais de façon plus prosaïques, l’interrogation de pouvoir exercer un métier qu’on apprécie et conforme à ses études, les difficultés à entrer dans la vie active au moins dans le monde du travail et du logement, l’avenir des dettes mondiales qui pèsent beaucoup plus sur les épaules des jeunes que sur celles de leurs parents… autant de questions politiques et sociales qui donnent aux dystopies l’aspect d’une menace. Pour Yves Grevet, il semble que nos sociétés sont dans une crise qui concerne toute l’humanité. En effet, ce n’est pas une chose que l’on entend au journal de 20 heures, ni qu’on lit dans la plupart des journaux grand public. Mais la thèse est soutenue dans des publications plus savantes, par un grand nombre de sommités intellectuelles de tout premier ordre, anthropologues, climatologues, économistes, sociologues, philosophes, depuis les années 1990 ! Ce n’est pas du « pessimisme » de quelques esprits chagrins qui serait l’envers de « l’optimisme » de quelques autres rêveurs. C’est une question d’argumentation massive, fondée sur un faisceau de preuves convergentes qui ne laissent pas de place au doute. Jamais nous n’avons connu une époque comme celle-ci dans laquelle autant de processus de destruction sont engagés simultanément. Destruction écologique, destruction sociale, destruction économique… De plus Yves Grevet a dû voir ce mois-ci dans un grand quotidien national ces jeunes adultes défiler sous des drapeaux extrémistes ; il a dû aussi entendre leur slogan clamant en quelque sorte « maintenant, on teste l’ignorance ! ». D’ailleurs dans ses dystopies, la nécessité de résister à l’oppression politique est aussi forte que l’urgence à résister à la majorité qui approuve et protège le système par bêtise, par ignorance, par peur du changement. Yves Grevet semble souligner nos paradoxes : celui d’une population la plus libre de toute l'histoire de l’humanité mais aussi la plus soumise aux produits, aux marques et à la consommation, à un système qui prive l’humanité d’égalité et de redistribution des biens. Sommes-nous des esclaves heureux de notre liberté ? Pour découvrir l’œuvre d’Yves Grevet, je vous propose trois ouvrages :
    ecoleFinieL’école est finie aux éditions Syros. Un petit roman où l’école publique n’existe plus. Les enfants de riches fréquentent des écoles privées, et les enfants de pauvres sont formés dans des établissements de grandes marques industrielles. Lila et Arthur fréquentent ces écoles, l’un de la marque Jardins et Maisons, l’autre de la marque Speed-fooding.
    metointegraleMeto, une trilogie aux éditions Syros. 64 enfants vivent en autarcie complète dans une grande maison. Parmi eux, Meto qui veut comprendre ce qu’il y a en dehors de la maison, qui veut comprendre le monde où il vit, qui veut bénéficier de la liberté et de la paix : une passionnante dystopie aux atmosphères étranges.
    nox1Nox, une trilogie aux éditions Syros, ma série préférée. L'humanité vit coupée entre des villes hautes qui abritent les plus riches et des villes basses où s'entassent les pauvres dans une pollution effrayante. Trois adolescents livrent leurs points de vue sur ce monde où ils vont devoir s’engager au risque d’ébranler les conventions établies et de briser leurs amitiés. Un formidable roman d’aventure aux sentiments exacerbés.

    0 0

    UN PRÊTRE À LA GUERRE, PAR CHRISTIAN VENARD - Rencontre - Le Vendredi 22 Novembre 2013 à 17Havec La Librairie DelochevenardUne Il faisait beau ce 15 mars. Je suis dans la cour de la base de Montauban, avec deux des veuves d’Afghanistan. […] De l’autre côté se trouve le fameux carrefour où le tueur s’apprête à agir. Soudain, nous entendons des coups de feu, mais ils ne nous inquiètent pas plus que cela : de telles détonations ne sont pas anormales dans une enceinte militaire. […] Je suis à mille lieux d’imaginer l’ampleur du drame. Mais je vais voir ce qui se passe, surtout s’il y a des gars blessés. Je me dirige vers la sortie du quartier puis je cours le long des murs avant d’arriver à ce carrefour devenu tristement célèbre. Trois ou quatre paras sont déjà là, s’efforçant d’assurer un semblant d’ordre. Gisant au sol, trois gars de chez moi, en uniforme. Il porte la tenue des soldats, partage leurs repas, leurs soucis. Sa coupe de cheveux est réglementaire. Il a l’allure d’un militaire. Comme ses hommes, il effectue des sauts de formation. Ce colosse à la voix étrangement douce, ce « militaire » que l’on repère derrière le col romain. Il est l’aumônier militaire du culte du 17e RGP – le régiment de génie parachutiste de Montauban. À l’âge de huit ans, il entend l’appel du Christ. Vingt-quatre ans plus tard, en 1998, ordonné prêtre depuis un an, il consacre son ministère à l’armée française et à ses soldats. Kosovo, Liban, Afghanistan, Côte d’Ivoire, Mali : cet aumônier parachutiste au caractère bien trempé a été de toutes les opérations extérieures conduites par l’armée française depuis quinze ans. Quand survient la mort, il est là pour accompagner ses « gars » tués au combat ou en service commandé, ainsi que leur veuve, leur mère, leurs enfants ou leurs proches. Cette mort, il l’a côtoyée dans l’anonymat du combat à des millions de kilomètres en Afghanistan comme sous le feu des projecteurs lors de la tuerie de Montauban opérée par Mohammed Merah l’an passé. Dans cet échange avec Guillaume Zeller, il livre un éclairage passionnant sur notre temps et rend un hommage lucide et sincère aux soldats et aux prêtres.

    Le Vendredi 22 Novembre 2013 à 17Hà la Cave à Lire avec La Librairie Deloche

    0 0

    LES VOIX DE L'ALMA >> Emission de Novembre 2013

    Diffusée maintenant à un rythme hebdomadaire, les Voix de l'Alma reviennent tous les mardi à 18 heures pour présenter les activités de la semaine et les conseils de lecture. Ce mois-ci, Philippe Bernadou, Danielle Deloche et Hugues Dedit présentent et commentent leurs coups de cœur et les actualités de leur librairie. En novembre, ils vous proposent :

    AuRevoir

    Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre Editeur : Albin Michel

    confrerie

    La confrérie des chasseurs de livres de Raphaël Jerusalmy Éditeur : Actes Sud

    seulsVille

    Seuls dans la ville de Yves Grevet Éditeur : Syros

    ecoleFinie

    L'école est finie de Yves Grevet Éditeur : Syros

    SilExisteUnPays

    S'il existe un pays de Bruno Doucey Éditeur : Bruno Doucey

    metointegrale

    Méto de Yves Grevet Éditeur : Syros

    nox1

    Nox de Yves Grevet Éditeur : Syros

    evapores

    Les évaporés de Thomas B. Reverdy Éditeur : Flammarion

    vieDestinCelestin

    Vie et destin de Célestin Arepo de Jérôme Millon Éditeur : La Fosse au ours

    >> Ecouter en podcast sur CFM

    0 0

    RENCONTRE AVEC KAMEL DAOUD ET ABDELMADJID KAOUAH - Animation - Le Samedi 30 Novembre 2013 à 16 Havec La Librairie DelocheDaoudKaouadUne Abdelmadjid Kaouah est né à Aïn-Taya, près d'Alger, Abdelmadjid Kaouah consacre son mémoire de Maîtrise de Lettres modernes à la poésie algérienne de langue française. Ses poèmes sont publiés par les revues “Alif” (Tunis), “Europe” et aux "Éditions du Stencil" (Alger). Après l'assassinat en 1993 de ses compagnons Tahar Djaout et Youcef Sebti, Abdelmadjid Kaouah s'exile dans la région de Toulouse, à Cugnaux. Chroniqueur littéraire, il est correspondant permanent du “ Quotidien d’Oran”, du “Soir d’Alger” (Algérie), Algérie News et d’”Alfa” (Montréal). Il participe à de nombreuses émissions culturelles et anime le CRIDLA (Cercle de Recherches, d’Initiatives et de Documentation des Lettres Algériennes et Maghrébines de langue française). Kamel Daoud, né le 17 juin 1970 à Mostaganem, est un écrivain et journaliste algérien d'expression française. Il tient une chronique, Raina raikoum (« Mon opinion, votre opinion »), dans Le Quotidien d'Oran, dont il a été le rédacteur en chef pendant huit ans. D'après lui, il a obtenu, au sein de ce journal « conservateur » une liberté d'être « caustique ». Il est aussi éditorialiste au journal électronique Algérie-focus. Le 12 février 2011, dans une manifestation dans le cadre du printemps arabe, il est brièvement arrêté. Ses articles sont également publiés dans Slate Afrique. Le 14 novembre 2011, Kamel Daoud est nommé pour le Prix Wepler-Fondation La Poste, qui échoie finalement à Éric Laurrent. En partenariat avec Confluences

    Le Samedi 30 Novembre 2013 à 16 Hà La Librairie Deloche

    0 0

    ALAIN GUY CLÉMENT - Exposition - Du 26 Novembre au 2 Décembre 2013avec La Soupe aux LivresclementUne Alain Guy Clément expose quelques peintures. Dédicace de sa monographie Les chemins qui ne mènent nulle part, le mardi 26 novembre à partir de 16H Né à Cannes à 1938, il a étudie à l’École des Beaux-Arts de Paris de 1956 à 1959. Il quitte la capitale pour devenir italien dans l’après Mai 68. Il vit et travaille en Italie de 1969 à 1989 (Milan, Florence, Modène, Monza). Là, il va mettre en place son univers et participer à l‘effervescence artistique en Italie en proximité d’artistes tels que Fabrizio Merisi, Tino Vaglieri, Luigi Achilli, Lino Marzulli, Attilio Forgioli, Vitale Petrus, Luigi Volpi et bien d’autres... Dans les années 1980, en accentuant la métaphysique cultivée de ses œuvres, il rejoint naturellement le mouvement de la Transavanguardia. Il a exposé dans les galeries les plus actives de Milan, Modène, Crémone, à l’Institut Français de Florence (sous la direction de Daniel Arasse). Alain Guy Clément retourne en France en 1989, à Paris, puis s’installe à Montauban en 2000. Il garde un pied en Italie : résidant partiellement à Imperia, il continue de montrer son travail à Milan (galerie Spazioarte en 2009). Il est suivi depuis de nombreuses années par le critique d’art milanais Giorgio Seveso.

    Du 26 Novembre au 2 Décembre 2013à La Soupe aux Livres

    0 0

    VIE DU LIVRE À MONTAUBAN, DU NOUVEAU DANS L’ANCIEN. - Rencontre - Le Jeudi 23 Janvier 2014 à 18H00avec Baux Livres8 octobre 2008 . Atelier de Jeanne Lauricella. Relieuse. Paris La librairie Deloche s'associe au bouquiniste bolegayre de Baux Livres pour accueillir dans sa Cave à Lire deux artisans d'art,  Philippe Grimond et Jeanne Lauricella, restaurateurs de livres anciens. Parce qu’ils partagent la même exigence de qualité, Philippe Grimond et Jeanne Lauricella ont choisi de travailler ensemble et d’associer leurs ateliers. Jeanne exerce à Paris. Chaque mois, elle rejoint Philippe à son atelier sur Montauban pour quelques jours de travaux en commun. "Les livres sur lesquels nous intervenons sont, le plus souvent, très anciens. Notre rôle ? Réparer les outrages du temps. Ces ouvrages sont précieux, tant par leur contenu que comme témoins de leur époque. En les restaurant, nous les rendons à leur usage, prêts à contenter de nouvelles générations de lecteurs. Nous stoppons les processus de dégradation, nous redonnons à l’ouvrage une solidité qui permet sa consultation. Dans le respect de son histoire propre, nous lui restituons son aspect d’origine." Durant cette présentation, les deux artisans s'attacheront à expliquer et à illustrer leurs techniques de travail, de la reconstruction du corps d’ouvrage à la patine des greffes de cuir. Une large place, lors de cette rencontre, sera réservée aux questions du public. La déontologie du restaurateur, les distinctions entre reliure, conservation et restauration pourront y être abordées.   Philippe Grimond - Jeanne Lauricella Restauration de livres anciens 05 63 66 18 10 >> ph.grimond@gmail.com >> http://lieeur.blogspot.fr >> www.jeannelauricella.com Liéeur : Nom du relieur dans le haut Moyen Age et jusqu’à la fin du XVe siècle. (Christian Galantaris, Manuel de Bibliophilie, Paris, Editions des Cendres, vol. II, 1997)

    Le Jeudi 23 Janvier 2014 à 18H00Cave à Lire de la librairie Deloche avec Baux Livres

    0 0

    COLETTE BERTHÈS ET LES SECRETS DE TOULOUSE - Signature - Le Mercredi 27 Novembre 2013 à 17h 30avec La Librairie DelocheToulouse est une belle qui, sous ses habits de brique rosé, cache bien des mystères : trésor-maudit, temples disparus, morts mystérieuses, corps introuvable ou saint suaire exotique. Des secrets se dissimulent à chaque coin de rue : un château dormant par ici, d'insaisissables Demoiselles par là. Malgré les drames qui n'ont pas épargné la ville - tragédie cathare, guerres de Religion, inondations -, la cité semble indestructible avec ses miracles - celui du pastel ou des vierges noires -, ses légendes et sa joie de vivre toujours intacte. « Mille et une » histoires curieuses, insolites, dramatiques ou drôles, pour découvrir ou redécouvrir une ville accueillante, et les personnages, réels ou inventés, qui font son histoire. colette_berthesColette Berthès, née en 1948 dans le Bas-Quercy, a ensuite vécu à Paris et au Moyen-Orient sans jamais couper les ponts avec le pays de son enfance, avant de revenir y vivre en 1982. Mille métiers, de la Poste aux services sociaux en passant par l’animation socioculturelle, la formation, le travail auprès de réfugiés, l’expression théâtrale et même France Télécom. Elle est engagée dans plusieurs associations, en particulier Lutte pour la Justice, qui se bat pour l’abolition de la peine de mort aux États-Unis. Depuis maintenant dix ans, elle se consacre à l’écriture (articles, livres, poésie, etc..).

    Le Mercredi 27 Novembre 2013 à 17h 30à La Librairie Deloche

    0 0

    LES SECRETS DE TOULOUSE PAR COLETTE BERTHES - Rencontre - Le Vendredi 6 Décembre 2013 à 17Havec La Librairie DelocheberthesGuideToulouse Toulouse est une belle qui, sous ses habits de brique rosé, cache bien des mystères : trésors maudits, temples disparus, morts mystérieuses, corps introuvable ou saint suaire exotique. Des secrets se dissimulent à chaque coin de rue : un château dormant par ici, d'insaisissables Demoiselles par là. Malgré les drames qui n'ont pas épargné la ville - tragédie cathare, guerres de Religion, inondations -, la cité semble indestructible avec ses miracles - celui du pastel ou des vierges noires -, ses légendes et sa joie de vivre toujours intacte. « Mille et une » histoires curieuses, insolites, dramatiques ou drôles, pour découvrir ou redécouvrir une ville accueillante, et les personnages, réels ou inventés, qui font son histoire. Colette Berthès, née en 1948 dans le Bas-Quercy, a ensuite vécu à Paris et au Moyen-Orient sans jamais couper les ponts avec le pays de son enfance, avant de revenir y vivre en 1982. Mille métiers, de la Poste aux services sociaux en passant par l’animation socioculturelle, la formation, le travail auprès de réfugiés, l’expression théâtrale et même France Télécom. Elle est engagée dans plusieurs associations, en particulier Lutte pour la Justice, qui se bat pour l’abolition de la peine de mort aux États-Unis et France-Palestine. Elle est également membre de La Compagnie des Ecrivains de Tarn et Garonne. Depuis maintenant dix ans, elle se consacre à l’écriture (articles, livres, poésie, etc..). Elle a  publié deux romans régionaux La mémoire des chemins et Les amants de Borde rouge, deux essais La machine à tuer (contre la peine de mort au Etat Unis), et L’exil et les barbelés (le camp de réfugiés espagnols de Septfonds), ainsi qu’un conte oriental Le rossignol chante la nuit illustré par Rachid Koraïchi.

    Le Vendredi 6 Décembre 2013 à 17Hà La Librairie Deloche

    0 0

    SECRETS DU BRONZE PAR SIDIKI DERMÉ - Exposition - Du 5 Décembre au 15 Décembre 2014avec La Femme RenardSidikiDerme Sidiki Dermé est né à Ouagadougou (Burkina Faso) et vit à Bordeaux. Il travaille à son atelier (collectif) de la Morue Noire à Bègles où il a installé son four et la forge. Sidiki est maître-fondeur de bronze et sculpteur de cire. La technique de la cire perdue lui vient de ses ancêtres, elle est transmise à travers les générations depuis l'âge du bronze. Son art lui est personnel, il a développé sa propre expression artistique au-delà des conventions de la tradition africaine pour créer un univers moderne et contemporain aux thèmes actuels et universels.

    Du 5 Décembre au 15 Décembre 2014à La Femme Renard

    0 0

    Lecture coup de coeur >> LA FIN DU MONDE
    de Fabrice Colin
    aux éditions Livre de poche, 6.10 €
    finDuMondeLe roman se déroule autour de quatre adolescent, autant dire des "presque-adultes". François est parisien. Il habite les beaux quartiers de la capitale, fréquente des établissements scolaires prestigieux ; il appartient à cette bonne bourgeoisie française, un peu catho par tradition, un peu réac aussi. Puis il y a Hafsa, jeune musulmane habitant Le Caire, petite terroriste intégriste qui a tenté de se faire sauter aux explosifs mais qui n’a réussi qu’à s’arracher une main. Une martyre. Elle hait l’occident, son arrogance, ses excès. Mais elle se souvient avec nostalgie de son grand père qui lui lisait le Coran comme un livre d’amour, d’union et de partage. Au fond, elle subit un embrigadement politique que ses souvenirs fragilisent. Puis il y a Xian, un jeune Chinois issu d’une famille de médecins qui ont fait fortune en quelques années. Il est l’enfant du miracle économique chinois, miracle tout en nuance car aucune fortune n’a permis de sauver sa mère morte alors qu’il était petit, trop petit. Depuis, son père est une ombre, incapable d’amour ni paternel ni maternel de substitution. La fortune ne peut rien non plus pour l’amour. Et enfin il y a Jim, jeune américain fils d’un sénateur qui n’a qu’une passion, qu’une motivation, qu’une obsession presque une pathologie : intégrer les Seahawks, l’équipe de football américain de Seattle. Ces quatre jeunes au profil atypique dans les romans pour la jeunesse sont ni naïfs ni stupides. Ils viennent de quitter l’ensoleillement de l’enfance et abordent avec lucidité une mondialisation qui distend les frontières mais contracte les relations. C’est dans ce contexte que le hasard va faire converger leur parcours. Quand les premières bombes atomiques explosent sur San Franscisco, Los Angeles et San diego, les missiles américains ne tardent pas pointer Pékin. François, Hafsa, Xian et Jim savent désormais que le monde s’embrasse. Sans manichéisme ou sensiblerie outrancière, ce roman décrit la fin du monde, l’apocalypse nucléaire, les territoires entiers rayés de la carte, les soulèvements populaires, les pillages, les milices, les viols, les meurtres sauvages, les foules, la confusion, les enfants perdus, en un mot le chaos. François, Hafsa, Xian et Jim tente de rallier une base secrète au Groenland, mais quand les civilisations volent en éclats, rien n’est simple. Un roman passionnant qui montre une fois de plus que la frontière entre le roman adulte et jeunesse et est très mince. La fin du monde fait place à un second tome que j'attends avec impatience. Nonoko

older | 1 | 2 | 3 | (Page 4) | 5 | 6 | .... | 16 | newer