Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Tous les livres, toutes vos lectures... à Montauban.

older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | .... | 16 | newer

    0 0

    ROGER BEAUMONT PRÉSENTE ET LIT COURTELINE - Lecture - Le Mercredi 15 Mai 2013 à 17H30avec La Librairie DelocheGeorges_Courteline_1900 Roger BEAUMONT, dans le cadre des lectures mensuelles de la Compagnie des écrivains de Tarn-et-Garonne, vous propose d'écouter Georges Courteline.

    Le Mercredi 15 Mai 2013 à 17H30à La Librairie Deloche

    0 0

    CORINE POURTAU PRÉSENTE “POUR QUE DEMAIN VIENNE”- Rencontre - Le Mardi 14 Mai 2013 à 19Havec La Femme RenardpourteauDemainUne Pour que demain vienne (Ed D’un Noir Si Bleu), est sélectionné pour  le prix de la nouvelle de la femme renard – Lauzerte 2013. Corine Pourtau est née le 4 avril 1962. Elle vit actuellement en Bourgogne avec quelques chats, quelques rosiers anglais, de jolis paysages et pas mal de pluie aussi, il faut bien le dire… C’est aux alentours du 3e millénaire qu’elle entame sa troisième vie, celle de romancière, nouvelliste et auteur pour la jeunesse. Dans sa première vie elle a été professeur de français dans le secondaire, dans la deuxième, elle a travaillé avec l’antenne éditoriale lyonnaise de la Réunion des Musées nationaux. Durant plusieurs années, elle a aussi été membre du comité de rédaction de la revue La Faute à Rousseau, revue consacrée aux écritures du moi. En 2009, elle est accueillie à l’université de Saint-Andrews, en Écosse, pour animer des ateliers d’écriture et en 2010 à la Künstlerhaus d’Edenkoben, en Rhénanie-Palatinat, pour une résidence d’écriture.

    n.b. Corine Pourtau sera le lendemain, mercredi 15 mai, à 20 h 30 à la médiathèque Pierre Sourbié à Lauzerte.
    La huitième édition de Place aux Nouvelles qui rassemblera une trentaine d’auteurs se déroulera le dimanche 8 septembre à Lauzerte.


    Le Mardi 14 Mai 2013 à 19Hà La Femme Renard

    0 0

    LECTURE A L’AIR LIVRE, REMERCIEMENTS
    L’Alma remercie le public, le personnel de la Mémo et tous nos partenaires. Vous trouverez ci-dessous :

    • Les textes rassemblés en un seul document
    • Le montage sur les dessins de Pièro Salsi
    • Le montage sur les images de nonoko

    0 0

    RENCONTRE AVEC DEUX AUTEURS JEUNESSE, JEAN SONGE ET FRANCESCO PITTAU - Animation - Le Vendredi 17 Mai 2013 à 19Havec La Femme RenardSongePitteau Francesco Pittau Il est née en 1956 en Sardaigne. Il a fait ses études aux Beaux- Arts de Mons en Belgique où il a étudié le dessin, la philosophie de l’art, l’histoire de l’art, la sémiologie de l’image, puis il a fait une spécialisation en gravure et en image imprimées. Il a aussi obtenu un Bac +5. Francesco Pittau vit actuellement à Bruxelles. Sa compagne Bernadette Gervais, graphiste, est l’illustratrice de ses livres. Ils ont écrit des livres comme « les contraires », « crotte » ou « prout . Francesco Pittau est aussi connu a l’étranger pour le livre Axinamu qui a été vendu à presque 40.000 exemplaires. Jean Songe Diplomé d'arts graphiques de l'École Supérieure des Arts Appliqués Duperré, Yannick Bourg pratique d'abord la peinture et expose beaucoup. Il publie ensuite, dans les années 80, en collaboration avec le dessinateur Huger, deux albums de bandes dessinées « En chaleur », « Le grand rêve américain », et devient éditorialiste de Penthouse. Il co-fonde avec David Dufresne la revue Combo ! et la maison d'édition Black Mony, devient journaliste indépendant (Libération Magazine, Nova Mag, Photo, Calibre 38, Rage, Les Inrockuptibles, Café, France 3...), lecteur à la Série Noire/La Noire (Gallimard, 1995/1996) et nègre pour Laurent Chalumeau « Neuilly brûle-t-il? », Grasset. À la fin des années 90 sous le nom de Jean Songe se consacre à plein temps à l'écriture de fiction. Il publie trois romans noirs « La danse du psychopompe », « Les potes de la perception », « Érection : piège à cons » et « Tout (ce que je sais) vient du noir » (Calmann-Lévy).

    Le Vendredi 17 Mai 2013 à 19Hà La Femme Renard

    0 0

    TABLE OUVERTE À PHILIPPE PLOQUIN - Signature - Le Samedi 18 Mai 2013 de 16 à 17 heuresavec La Librairie DelocheDans le cadre de Ding'ODAC : le Centre Ville en fête ! organisé par l'Office de l'Artisanat et du Commerce de Montauban, le photographe et éditeur Philippe Ploquin tiendra table ouverte devant la librairie où il dédicacera l'ensemble de sa production : entre autres Montauban dévoilée, Tarn-et-Garonne Trésors des terroirs... La Fête des Mères et la Fête des Pères approchent !odacdingo

    Le Samedi 18 Mai 2013 de 16 à 17 heuresà La Librairie Deloche

    0 0

    ALAIN POMPIDOU À MONTAUBAN - Signature - Le Samedi 8 Juin 2013 de 16 à 18 heuresavec La Librairie DelochepompidouNous avons le plaisir et l'honneur de recevoir Alain Pompidou à l'occasion de parution de  Lettres, notes et portraits / 1928-1974 (Robert Laffont) de son père Georges Pompidou, président de la République Française de 1969 à 1974. Tout au long de son existence, et singulièrement de sa carrière politique, Georges Pompidou a observé une extrême pudeur, s'attachant à ne jamais extérioriser ses états d'âme. Régulièrement, cet homme de l'écrit s'est pourtant confié à divers correspondants, a pris des notes en forme de «choses vues», brossé enfin, à la fin de sa vie, des portraits des principaux acteurs de la vie publique, en particulier le général de Gaulle, François Mitterrand, Jacques Chaban-Delmas. L'ensemble de ces textes compose un document exceptionnel, le seul de ce genre concernant un chef d'État français contemporain. À travers une importante et surprenante correspondance avec un ami de jeunesse, Robert Pujol, on suit l'évolution intellectuelle et politique du jeune agrégé normalien, du socialisme au gaullisme. D'autres documents de la main de Georges Pompidou projettent un éclairage nouveau sur les négociations secrètes avec le FLN algérien, dont il fut chargé au début des années 60, l'évolution de ses relations avec le Général, les conditions dans lesquelles il fut amené à lui succéder un an après les événements de mai 1968. En contrepoint apparaît aussi le courage du deuxième président de la Ve République face à la maladie qui l'emporta le 2 avril 1974, après cinq ans de mandat.

    Le Samedi 8 Juin 2013 de 16 à 18 heuresà La Librairie Deloche

    0 0

    DÉBAT SUR L’ÉCOLE - Débat - Le Vendredi 7 Juin 2013 à 17 havec La Librairie Delochelight-Reydellet2Trois expériences pour débattre sur la situation de l'école primaire : Jean-Pierre Frutos vient de publier aux éditions La Brochure Refondation : école ou société , Journal 2011-2012 d'un instituteur à Montauban. Guy Reydellet est instituteur, poète (son recueil Quarantaine est paru en 2011) et plasticien. Pierre Bonnefond au travers de l'association La main à la pâte est très actif dans l'enseignement scientifique. Le débat sera animé par Jean-Paul Damaggio.

    Parler ou écrire sur l’école publique républicaine est très difficile. Difficile parce que, justement, république et services publics sont profondément en crise. Notre société traverse de profondes mutations : manque de lisibilité (Nation, Europe, monde), présent tendu par une angoisse prégnante du futur. Ces mutations, notre école, forcément, les subit frontalement. Éduquer, instruire, intégrer des jeunes gens dans une nation en désintégration, relève d’une mission pratiquement impossible. Programmes démentiels moins basé sur le capital culturel que cognitif, temps d’enseignement fractionnés, raccourcis, racornis, difficultés à faire partager un espace et un temps disputés par un faux égalitarisme et par trop d’individualismes, refus de l’effort, de l’autorité morale et intellectuelle des enseignants, gouvernance entre partenaires, parents, enfants, enseignants, associations, organismes divers rendent le terrain mouvant pour une refondation digne de ce nom.

    Et pourtant parce que nous avons une nation à bâtir, qu’elle soit supranationale ou limitée sur notre territoire, je demeure persuadé de la nécessité de la mission d’instituer. Rendez-nous les instituteurs !

    Dans l’attente, les instituteurs ne sont plus les hussards noirs de la république chers à Péguy, plus même les « grooms » de l’ascenseur social, à peine devenus des techniciens en surface .

    Jean- Pierre Frutos.



    Le Vendredi 7 Juin 2013 à 17 hà La Librairie Deloche

    0 0

    ROBERT PICO PRÉSENTE QOQUINERIES - Signature - Le Samedi 22 Juin 2013 de 15 à 18 Havec La Librairie DelocheqoquinerieUne Il est des qoquineries très qoquines, comme la feuille de palmier, qui consiste à passer doucement le doigt dans la chevelure de l'être aimé, les ongles portant sur le cuir chevelu, par un mouvement répété d'avant en arrière ; ou encore, ce que l'ancien "seconde ligne” Gérard David, ex-champion de France de rugby avec Montauban en 1967 (c'est-à-dire dans l'Antiquité), appelle "le petit salé”, ou effleurage avec la bouche entre les orteils, et sa variation, vibrations sur tout le corps en mouvement de valse. Le shah de Perse est intéressant. C'est un massage lingual du pavillon de l'oreille (l'oreille, c'est très très très excitant !), pouvant être accompagné de la manœuvre dite du frelon volant. Il y a aussi la patte de mouche. C'est l'effleurement de la pulpe des doigts sur les cuisses et le tronc en insistant spécialement sur la région costale. Etc. Une anthologie déjantée de l'érotisme dans les arts et la littérature à découvrir !

    Le Samedi 22 Juin 2013 de 15 à 18 Hà La Librairie Deloche

    0 0

    LES VOIX DE L'ALMA >> Emission de Juin 2013

    Autour de Rémy, Jacques Griffault et Hugues Dedit présentent leurs coups de cœur et les actualités des librairies montalbanaises. L’auteur du mois : Robert Littell Les libraires parlent de leur coups de coeur du mois :

    16-ans,-s.o.s.-chocolat---3752033

    16 ans - SOS chocolat de Sue Limb Ed : Gallimard Jeunesse

    Une_belle_saloperie

    Une belle saloperie de Robert Littell Ed : Baker Street

    American-Gothic-Xavier-Mauméjean

    American Gothic de Xavier Mauméjean Ed : Alma

    Il[MidRes]

    Il de Derek Van Arman Ed : Sonatine

    9782020908023

    L'avortement de Richard Brautigan Ed : Points

    ombre-tudors-volume-1-conseiller

    Dans l'ombre des Tudors de Hilary Mantel Ed : Sonatine

    Jacques Griffault lit un extrait de Monsieur Jadis ou l'école du soir d'Antoine Blondin 1ère diffusion : mardi 4 juin à 18 heures sur CFM Podcast : adresse à venir

    0 0

    Lecture coup de coeur >> UNE BELLE SALOPERIE (A NASTY PIECE OF WORK)
    de Robert Littell Traduit de l'américain pat Cécile Arnaud
    aux éditions Baker Street, 21 €
    Une_belle_saloperieL’auteur Robert Littell est né en 1935 à Brooklyn (New York) dans le même quartier que Woody Allen. Fou de basket-ball, il voulait devenir pro, jouer en équipe nationale, en NBA. Mais il n’était pas assez grand… Il découvre le monde au moment de son service militaire avant de devenir journaliste à Newsweek. Spécialiste du Moyen Orient et de l’Europe de l’Est pour cet hebdomadaire il couvre aussi la guerre des Six jours en 1967. Alors qu’il jouit d’une excellente notoriété il décide, en 1973, de quitter le journalisme pour devenir écrivain. Passionné de la guerre froide, son premier roman est un roman d’espionnage. La Boucle, satire de l’espionnage puisque c’est l’histoire d’un transfuge, dont les Russes et les Américains pensaient qu’il avait des informations importantes. En fait le personnage de Robert Littell était un expert en … systèmes de poubelles. La guerre froide, dit Robert Littell, était à la fois simple, on savait où était l’ennemi, et dangereuse, l’un des deux blocs pouvait détruire la planète entière. Aujourd’hui la problématique est totalement différente ; c’est celle du terrorisme. La Russie et les poètes russes restent aussi sa grande obsession. Il a des racines russes, en Lituanie. Ses grands-parents sont partis en 1885 pour aller en Amérique où son père et lui-même sont nés. En 1919 son père changea le nom de famille, Litzky, en Littell. Robert Littell aime beaucoup la France ; il a une maison dans le Lot et vient d’acquérir un petit pied-à-terre à Paris, dans le XIXe arrondissement, place de la Bataille de Stalingrad. Une bataille qui marque un tournant dans la Seconde Guerre mondiale, la fin du recul de l’Armée rouge et le début de la défaite nazie, bataille dont il connaît tous les détails. Parmi ses nombreux romans, outre La Boucle,  je retiens La Compagnie, le grand roman de la CIA, un livre formidable où histoire et fiction sont mêlées. Puis Légendes, sans doute le meilleur roman d’espionnage que j’ai jamais lu. Une légende c’est une personnalité fabriquée de toutes pièces par des spécialistes qui en peaufinent les moindres détails. En 2009 il a publié L’Hirondelle avant l’orage consacré au poète russe Ossip Mandelstam. Livre qui raconte le destin tragique d’un poète qui s’illusionne lorsqu’il pense qu’un poème peut renverser Staline, alors que le même Staline se désespère de voir qu’aucune force ne peut asservir le grand poète. Admirable. Deux ans plus tard il  revient à son amour de l’espionnage en consacrant un livre étonnant à Kim Philby, l’un des cinq espions de Cambridge, ce groupe d’étudiants britanniques qui travailla pour le compte de l’URSS : Philby, portrait de l’espion en jeune homme. n.b. Ces deux derniers romans sont publiés aux éditions Baker Street. Le livre. Un polar de facture très classique. Lemuel Gunn (avec deux n) est un détective privé à l’ancienne, fantasque, farouchement indépendant, qui, selon la rumeur serait né dans le mauvais siècle. Il facture quatre-vingt-quinze dollars la journée les clients satisfaits et zéro dollar les clients insatisfaits. Il dispose d’une bonne dose d’humour et n’hésite pas à citer Scott Fitzgerald Lemuel Gunn, drôle de nom, trouvez-vous ? Lemuel, dit Robert Littell dans une interview, ça vient de Jonathan Swift. Les voyages de Gulliver. Il y a chez Lemuel Gulliver quelque chose de l’ordre de la naïveté, de l’innocence que je voulais retrouver chez mon personnage. Gunn c’est l’autre facette de l’Amérique, la plus violente. Lemuel Gunn est un ancien espion qui a été viré de la CIA pour avoir dénoncé les dérives de l’armée américaine en Afghanistan. Il vit, au Nouveau Mexique, dans une caravane, tout alu, qu’il a baptisée « Il était un toit ». Elle fut la caravane de Douglas Fairbank Jr. sur le tournage du Prisonnier de Zenda en 1937. Un jour Lemuel entr’aperçoit une paire de chevilles nues et bien galbées, celles de Ornella Neppi, surprenante femme fatale, marionnettiste, intrigante comtesse aux pieds nus d’une trentaine d’années, d’origine corse qui lui demande de retrouver un certain Emilio Cava. Arrêté pour une affaire de drogue, Emilio Cava, était en liberté sous caution. Il est sans doute en train de violer sa libération sous caution, caution fournie par Ornella. Une affaire apparemment simple pour Lemuel Gunn qui va, cependant, vite découvrir que curieusement aucune photo n’existe d’Emilio Gava. Il mettra à jour les relations particulières existantes entre Emilio Gava et le FBI ainsi qu’avec deux familles mafieuses du Nevada en lutte ouverte. Ce qui nous vaut de belles pages sur le désert du Nevada et Taos, ville pour laquelle l’auteur semble éprouver beaucoup de tendresse. Cette fois encore Robert Littell excelle à donner vie à ses personnages, souvent hauts en couleurs, originaux et attachants, tout en leur conservant une part de mystère. Et pour ce qui est de l’intrigue attendez-vous à de nombreux rebondissements. Jusqu’à la dernière ligne… Quant à l'humour il n'est jamais absent. Un savoureux roman noir, hommage chaleureux à Raymond Chandler, qui se lit d’un trait avec un plaisir constant.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> IL (JUST KILLING TIME)
    de Derek Van Arman Traduit de l'américain par Johan-Frederik Hel Guedj
    aux éditions Sonatine, 23 €
    Il[MidRes]La plupart des tueurs en série ne vivent pas isolés, au milieu des bois ou au fin fond d’un asile. Ce sont vos propres voisins. Ce sont des individus que vous croisez aux réunions de parents d’élèves ou aux matchs de base-ball. Ils prennent  le bus avec vous, leurs enfants jouent avec les vôtres. Voilà ce que dit John F. Scott, directeur du département fédéral en charge des crimes violents et spécialiste des tueurs en série. Ce roman, ce thriller, nous donne un aperçu d’un rare réalisme sur les méthodes d’investigation de la police américaine. A tel point que l’auteur a été mis en examen par le FBI afin qu’il livre ses sources. Ce livre publié en 1992 aux Etats-Unis est resté inédit en France jusqu’à présent en raisons donc des problèmes judiciaires de son auteur.  Derek Van Arman est un pseudonyme. Il est son seul roman. Une mère et ses deux filles sont sauvagement assassinées. Mise en scène macabre. Jack Scott va se lancer sur les traces du tueur. Je ne peux pas vous en dire plus. Par contre voici quelques-uns des protagonistes de ce thriller : Elmer Janson a 10 ans. Son chien, Tripode, n’a que trois pattes. Il découvrira dans un vieux Bowling abandonné une pièce de monnaie datant de 1863 et le cadavre d’une jeune fille décédée de cause inconnue à la fin du XIXe siècle. Diana Clayton, 39 ans, a deux filles et un lapin angora. Elmer Janson, sa maman, Diana Clayton et ses deux filles vont être des proies pour le tueur en série. Frank Rivers, 38 ans, inspecteur de la police du Maryland, s’intéresse au cadavre découvert par Elmer alors que son patron lui intime l’ordre de se concentrer sur un des meurtres du tueur en série. John Paterson, 48 ans, père de Debra, 16 ans, devient fou d’inquiétude lorsqu’elle ne rentre pas des courses  qu’elle a été faire. D’autant que sa voiture aussi a disparu. Gregory Corless est un pervers  mou, la cinquantaine obèse, qui a le courage de rendre bien réel ce qui chez les autres reste à l’état de fantasme. Ce qui lui voue l’admiration de Seymor Blatt, un type anguleux au cou maigre qui conduit un van Dodge blanc dans lequel il y a des photos de filles nues et là-bas dans le fond une femme geignant sous une couverture. Quelques extraits : Concernant McQuade, médecin légiste. Cela commencerait pas de longues heures fastidieuses sans nourriture et sans sommeil : McQuade , voûté au-dessus d’une table d’opération chromée, ne s’accorderait pas le moindre répit. Il déterminerait d’abord l’âge et le sexe de la victime. Ensuite, il calculerait l’épaisseur des tissus musculaires et faciaux, rapportée à celle de l’os. Tous les fragments manquants seraient moulés dans du plâtre et ajoutés, afin de combler les vides. A partir de là, il calculerait et reproduirait les volumes faciaux de la victime, retrouvant la réalité avec l’argile du sculpteur. Concernant les tueurs juste après qu’ils aient massacré une jeune femme. Et ils avaient envie de rester là pour l’éternité, immobiles, sans un bruit, sans rien pour les interrompre ; jamais ils ne vivraient un moment plus délicieux que celui-ci. Le simple geste de tuer leur faisait plus de bien que le rêve le plus délicieux, plus de bien que des tombereaux d’argent, plus de bien que de posséder la planète entière. Si vous aimez les thrillers hard et/ou si vous êtes fascinés par les tueurs en série ce livre est pour vous.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> LE CONSEILLER. DANS L’OMBRE DES TUDORS (WOLF HALL)
    de Hilary Mantel Traduit de l'anglais par Fabrice Pointeau.
    aux éditions Sonatine, 23 €
    ombre-tudors-volume-1-conseillerAngleterre, 1527. Dynastie des Tudors. Le roi Henri VIII se désole de ne pas avoir d’héritier direct et craint une guerre de succession. Tombé amoureux d’Anne Boylen il décide de se séparer de la reine Catherine d’Aragon et de l’épouser. Mais le pape Léon X refuse d’annuler le mariage royal. Entre en scène Thomas Cromwell. Ambitieux, opportuniste, fin stratège, politicien talentueux, visionnaire pragmatique, il va contribuer à modifier profondément et durablement le visage du royaume. Bon, d’accord, me direz-vous voilà sans doute un intéressant roman historique. Pas du tout ! C'est beaucoup mieux qu'intéressant ! Vous n’avez jamais rien lu de pareil. C’est captivant, les 800 pages se lisent d’une traite. Gros succès aux Etats-Unis et en Angleterre. L’auteur Hilary Mantelest née en 1952. Fait unique dans les annales du prestigieux Booker Prize , elle l’a emporté deux fois respectivement pour le premier tome, celui qui vient de paraître en France, et pour le deuxième tome de sa trilogie. Pourquoi un tel engouement  pour une histoire de roi et de reines dans l’Angleterre postmédiévale ? D’abord le roman est superbement écrit, ensuite il est passionnant. Le livre s’ouvre en 1500 avec la violente correction que reçoit Thomas de son père Walter Cromwell pour s’être battu la veille et se referme trente-cinq années plus tard durant lesquelles nous aurons assisté à l’ascension de Thomas Cromwell. Pas de descriptions interminables. Les dialogues sont vifs. Les personnages sont remarquablement mis en scène - le portrait de Thomas Cromwell est subtil et complexe. Une épopée magistrale : le souffle de l’Histoire, la reconstitution d’une époque marquée par un fanatisme religieux et une humanité naissante, des débats et critiques politiques qui trouvent de échos dans l’actualité du XXIe siècle, des rebondissements et des intrigues à foison. Passionnant ! Formidable ! Et dire qu’il va falloir attendre un an pour lire le second tome de cette trilogie ! n.b. Ce livre est publié par Sonatine, maison d'édition de qualité, qui publie d'excellents polars et thrillers. Ils n'ont pas pu résister à publier ce roman historique. Comme je les comprends...

    0 0

    Lecture coup de coeur >> 16 ANS – S.O.S CHOCOLAT !
    de Sue Limb, traduit de l'anglais par Emmanuelle Casse-Castric
    aux éditions Gallimard Jeunesse, collection Scripto, 12 €
    16-ans,-s.o.s.-chocolat---3752033Rien ne va plus le couple de Jess. Trop de déceptions avec ce mec qui, malgré son sens artistique et son humour, ne sait pas s'engager, prendre des décisions, s'impliquer dans un projet… C’est décidé : Jess largue Fred. Sauf que tourner la page s'avère difficile. Elle le voit tous les jours au bahut, dès qu’elle ouvre un tiroir dans sa chambre, elle tombe sur une photo. C’est douloureux. Et puis elle s'imaginait bêtement que Fred allait se morfondre de douleur et ramper à ses pieds pour lui demander pardon. Bah non. Le garçon s'affiche avec une autre fille, assez jolie de surcroît. Elle espère se consoler avec son nouveau voisin, Luke, un mec assez sympa et tombé direct dans la « beaugossitude ». Mais elle n’arrive pas à oublier Fred. Ce nouveau tome de la série « 16 ans » s’avère toujours aussi irrésistible : des situations cocasses et des personnages hyper attachants, servis par une écriture rafraîchissante et pleine d’humour très british.  Un livre et une série qui dédramatise les tracas de l'adolescence en éclats de rire, sans prendre la tête.  A partir de 13 ans. nonoko

    0 0

    Lecture coup de coeur >> AMERICAN GOTHIC
    de Xavier Mauméjean
    aux éditions Alma, 22 €
    American-Gothic-Xavier-Mauméjean1953, la Warner va mal, il faut un électrochoc pour relancer le studio hollywoodien en perte de vitesse. Jack L. Warner, son patron omnipotent voudrait faire un film emblématique aussi fort que Le Magicien d’Oz. Il veut adapter sur grand écran Ma mère l'Oie, un recueil de contes, de fables, de textes divers et variés, qui, en à peine 15 ans, est devenu un livre culte dans tous les Etats-Unis. Pour éviter l’échec de cet ambitieux projet, il est nécessaire de se préserver de la commission McCarthy, très virulente dans le cinéma. La Warner confie à Jack Sawyer d’enquêter sur la vie de Daryl Leyland, l’auteur de Ma mère l'Oie, et de s’assurer de sa conformité aux valeurs morales américaines prônées par le maccarthysme. C’est le point de départ du roman qui est une compilation de témoignages sur Leyland, d’entretiens,  d’études d'un professeur d'université,  d’extraits de Ma Mère l'Oie, d’extraits du rapport de Jack Sawyer, de commentaires de François Parisot le traducteur en français… donc d’une grande variété de document. Daryl Leyland et ses contes se découvrent peu à peu de manière détournée, ainsi que les mystères et les légendes de sa vie. Parallèlement l’Amérique du début du XXe siècle se déroule dans sa mythologie et sa culture. American Gothic est un roman à multiples facettes. La compilation de témoignages et d’analyses tend à prendre de la distance avec son personnage et pourtant la vie de Leyland suscite une forte curiosité entretenue par des contradictions ou des absences – volontaires. C’est aussi un livre sombre sur l’enfance maltraitée et une mise en abyme de la littérature. Un livre admirable, ma plus belle lecture de l’année. nonoko

    0 0

    Lecture coup de coeur >> L’AVORTEMENT
    de Richard Brautigam
    aux éditions Points poche, 6,10 €
    9782020908023Un homme d’une trentaine d’année s’occupe avec beaucoup de zèle d’une bibliothèque unique. A toute heure et du jour de la nuit, il accueille des écrivains qui viennent déposer leur manuscrits, roman, recueil de poésie, autobiographie, manuel de jardinage ou autre. Une vieille dame apporte son livre sur La culture des fleurs à la lueur des bougies dans une chambre d’hôtel et un petit garçon un livre sur son vélo. Une femme entre deux âges, abominablement laide et avec l’air de n’avoir jamais été embrassée de sa vie, vient déposer son œuvre intitulée Jusqu’au petit jour, ses baisers. Il y vient aussi un certain Richard Brautigan avec son manuscrit intitulé Dans ma maison, un grand cerf.  Vieux personnes, adolescents, petites filles, jeunes femmes, et autre quidam sont religieusement inscrits dans le grand registre de la bibliothèque et leur livre déposé à l’emplacement de leur choix. Et puis un jour arrive Vida, les seins lourds, la taille fine, de larges hanches et des jambes très longues dans le style du mobilier Playboy … Elle aussi dépose un manuscrit. Quel en est le sujet ? demande le gardien. Le sujet, le voilà, répond-elle brusquement en déboutonnant son manteau, en l’ouvrant à deux battants, désignant son corps comme si c’était une porte. L'Avortement est un conte d'amour ingénu et saugrenu tendrement barré dont la réalité fleur bon la poésie et le vent. Et entre deux embruns de tendresse, Brautigan parvient à saisir les accents du désarroi, la singularité du dérisoire. nonoko

    0 0

    OLIVIER DAUNAT – PEINTURES - Exposition - Du 10 Juin au 4 Juillet 2013avec La Soupe aux LivresOlivier Daunat nous avait habitués à des peintures colorées et dynamiques. Avec sa nouvelle production, il revient à la figure - qu'il n'a jamais délaissée - travaillée dans des tons ocre, avec des impressions et des effets de matière. Portraits d'inconnus à l'acrylique sur superpositions de papier.

    carton invitation Daunat



    Du 10 Juin au 4 Juillet 2013à La Soupe aux Livres

    0 0

    FESTIVAL DE LA SCULPTURE GRAND SUD MONTAUBAN - Exposition - Du 3 Juin au 16 Juin 2013avec La Femme RenardExpoFemme A l’occasion de son 15ème anniversaire, l’association Espace Bourdelle Sculpture organise le Festival de la Sculpture Grand Sud, du 3 au 16 juin 2013 à Montauban. Depuis sa création, l’Espace Bourdelle Sculpture, centre de formation et de diffusion pluridisciplinaire, n’a cessé de placer la sculpture, les arts de l’espace et de la matière, sur des voies élargies en s’appuyant sur l’exemplarité du sculpteur montalbanais Emile-Antoine Bourdelle. Ouvert au grand public, aux scolaires, comme autant de découvertes, ce festival est une traduction de la vitalité et de la diversité de la sculpture de ce temps, dans tous ses états et ses prolongements. Expositions, démonstrations techniques, installations, performances, parcours Land Art, visites commentées, projections documentaires, rencontres débats à thème, animations diverses vont jalonner le festival, authentique état des lieux, panorama et vitrine de l’actualité sculpturale.

    Du 3 Juin au 16 Juin 2013à La Femme Renard

    0 0

    ROSELYNE DUCHON - Exposition - Du 18 Juin au 20 Juillet 2013avec La Femme Renardduchon Exposition des œuvres de Roselyne DUCHON.

    Du 18 Juin au 20 Juillet 2013à La Femme Renard

    0 0

    MADELEINE CARENCO PRÉSENTE L’ŒUVRE DE MARIE ROUANET - Lecture - Le Mercredi 19 Juin 2013 à 17H30avec La Femme RenardMarie_rouanet Lecture avec Madeleine CARENCO autour de l’œuvre de Marie Rouanet, pour le rendez-vous mensuel de la Compagnie des Écrivains du Tarn et Garonne. Marie Rouanet (Maria Roanet), née en 1936, à Béziers d'un père mécanicien, est une femme de lettres, une ethnologue française, auteur compositeur et chanteuse en langue d'Oc, historienne, chroniqueuse et réalisatrice de huit films documentaires sur les phénomènes religieux. Ancienne élève de l'école normale d'institutrices, elle a commencé une carrière de chanteuse (1971-1976), puis a été déléguée au patrimoine à la mairie de Béziers. En 1995, elle quitte sa ville natale pour s'établir à Camarès dans le Rouergue d'où est originaire son mari Yves Rouquette. Elle y écrit La Cuisine amoureuse, courtoise et occitane, première version du Petit traité romanesque de la cuisine et une apologie de la vie citadine dans La Douce chair des villes. Elle a écrit une quarantaine de romans, d'essais et de chroniques. Ses ouvrages les plus remarquables sont sans doute Nous les filles (avec son pendant Du côté des garçons) et dernièrement Luxueuse austérité. Dans Apollonie, reine du monde, écrit à partir des carnets de souvenirs d' Henri Jurquet et écrit avec lui, elle rapporte avec pudeur et vérité le quotidien de la France rurale à son crépuscule, et notamment le rôle des veuves de 1914-1918, à travers la vie d'un hameau de l'Aveyron au début du XXe siècle. Elle montre, avec Apollonie, une figure qui appartenait à une société économe, dure avec elle-même, mais riche de connaissances et soucieuse d'avenir. Ses mains, marquées par le jardin, l'eau, le feu, les outils, pétrissaient le pain, caressaient l'enfant, maniaient avec douceur et respect le maigre argent du minuscule royaume sur lequel elle régnait. Elle travailla chaque jour, marquant son passage de travaux innombrables gerbiers, jambons pendus, murettes, arbres taillés, cuivres brillants, salades alignées... Elle rendit à ses morts les services nécessaires et quitta son monde en ordre. Elle apprit à son petit-fils, orphelin, à tenir les bœufs, à faucher l'herbe, à planter droit, savoirs inutiles puisque, de la naissance d'Apollonie à sa mort, le vieux monde acheva de basculer. Inutiles parce qu'Henri ne put rester à la terre et " monta " à Paris pour un tout autre destin. Essentiels pourtant, car ils lui permirent de relativiser les choses et de porter un regard critique sur le monde, de s'interroger sur le devenir d'une société qui, par soumission aveugle au progrès, a détruit la civilisation millénaire qui nous constituait (d'après l'éditeur).

    Le Mercredi 19 Juin 2013 à 17H30à La Femme Renard

    0 0

    SUZANNE GHERSENZON-SPENALE PRÉSENTE “CELUI QUI DÉPLAÇAIT LES MONTAGNES”- Signature - Le Vendredi 14 Juin 2013 à 19Havec La Femme RenarddeplacaitMontagne Rencontre avec Suzanne Ghersenzon-Spenale à l'occasion de la parution de son livre Celui qui déplaçait les montagnes (Éditions Parole).

    Le Vendredi 14 Juin 2013 à 19Hà La Femme Renard

older | 1 | (Page 2) | 3 | 4 | .... | 16 | newer