Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Tous les livres, toutes vos lectures... à Montauban.

older | 1 | .... | 8 | 9 | (Page 10) | 11 | 12 | .... | 16 | newer

    0 0

    LES VOIX DE L'ALMA >> Emission de Mai 2014

    VoixMai14 Tous les mardis à 18 heures, les libraires montalbanais présentent leurs activités et leurs conseils de lecture. Danielle Deloche, Nadège Loublier, Caroline Berthelot, Philippe Bernadou et Hugues Dedit sont aux micros de CFM pour parler de coups de coeur. Philippe Bernadou présente l'auteur du mois : Pierre Autin-Grenier Ils vous proposent de lire :

    DessinSable

    Le dessin au sable de Akiyuki Nasaka Éditeur : Picquier Poche

    MadoneNotreDame

    La Madone de Notre-Dame de Alexis Ragougneau Éditeur : V. Hamy

    dieuDeteste

    Dieu me déteste de Hollis Seamon, Éditeur : La belle colère

    ThearieGeneraleOubli

    Théorie générale de l'oubli de José Eduardo Agualusa Éditeur : Métailié

    ToutesCouleursMonde

    Toutes les couleurs du monde de Montanaro Giovanni Éditeur : Grasset

    lancetreL'ancêtre de Juan José Saer Éditeur : Le Tripode

    HexametreQuintilien

    L'hexamètre de quintilien Par Elisa Vix Éditeur : Rouergue

    feivelChinois

    Feivel le Chinois de Philippe Smolarski Éditions : Castor Astral

    VoisOmbreAllonge

    Vois comme ton ombre s'allonge De Gipi Éditeur : Futuropolis

    >> Ecouter en podcast sur CFM

    0 0

    PETITE EMBELLIE DES LIBRAIRIES EN 2013
    librairie Selon une étude réalisée par l'Observatoire de la petite entreprise FCGA - Banque Populaire, « tous les voyants sont au rouge dans la plupart des professions analysées » . Mais les librairies indépendantes se portent mieux, ou plutôt moins mal, leur indice passant de -2% en 2012 à -0,1 % pour 2013.

    « Contre toute attente, les librairies-papeteries-dépôts de presse de proximité réalisent la plus forte hausse de chiffre d'affaires en 2013, toutes professions confondues : +8 %. Un exploit qui s'explique probablement par trois facteurs principaux : l'essoufflement des grands sites de vente de livres en ligne, la faillite de deux acteurs majeurs de la distribution de biens culturels et l'attachement renouvelé des consommateurs aux librairies traditionnelles »
    Christiane Compagny, présidente de la Fédération des centres de gestion agréés, note également « Même si l'indice moyen d'activité s'améliore (-0,1 %, contre -2 % en 2012), quasiment tous les secteurs sont fragilisés et l'absence de perspectives à court ou moyen terme a un effet dévastateur sur le moral des entrepreneurs. » Puis elle précise « L'essoufflement des sites de vente en ligne, dont les modèles économiques ont été dénoncés par les médias et les syndicats, ainsi que la disparition de deux grandes enseignes spécialisées dans les biens culturels explique en partie ce regain d'activité. » Deux nuances s’imposent : Virgin et Chapitre n’étaient pas installés dans tous les centres-villes et tous les clients n'ont pas été répercutés sur les librairies indépendantes. Il faut rester prudent : le chiffre d’affaires des librairies est toujours très variable d’une année à l’autre.

    0 0

    MARYLINE MARTIN POUR “LES DAMES DU CHEMIN”- Animation - Le Mercredi 14 Mai 2014 à 19 Havec La Femme RenardDameCheminMMartinUne Rencontre avec Maryline MARTIN, pour son recueil de nouvelles « Les dames du Chemin » (Éditions Glyphe) , second des cinq recueils sélectionnés pour le Prix Place aux Nouvelles Lauzerte 2014. Des recherches sur son grand-oncle tué au Chemin des Dames ont amené Maryline Martin à écrire ce recueil de nouvelles sur la Grande Guerre. Ce 16 avril 1917, nous voici à nouveau dans les entrailles de l’enfer. Nous attendons le coup de sifflet pour monter à l’assaut. J’ai conjugué le verbe attendre à tous les temps. J’ai attendu sans angoisse la lettre de mobilisation. J’attendais avec impatience les lettres et les colis, ces traits d’union avec l’arrière. Aujourd’hui, j’attends la mort, cette faux qui m’a seulement effleuré durant deux ans. Camarde, camarade… NB : Même rencontre à 20h30 le  jeudi 15 mai à Lauzerte, à la Médiathèque. >> Blog de l'auteure >> Blog de Place aux Nouvelles >> Place aux Nouvelles sur Facebook

    Le Mercredi 14 Mai 2014 à 19 Hà La Femme Renard

    0 0

    A CIEL OUVERT, LE LIVRE ET LE DOCUMENTAIRE - Animation - Le Samedi 24 Mai 2014 à 14H30avec La Femme RenardCielOuvertUNE Projection du film A ciel ouvert de Mariana Otero et débat en présence de Véronique CORNET, psychanalyste intervenante au Courtil, André SOUEIX et Quynh MARTIN. La librairie présentera A ciel ouvert, entretiens le livre de Mariana Otero et Marie Brémond >> Association de la Cause freudienne de Midi-Pyrénées En partenariat avec l'Association de la Cause freudienne Midi-Pyrénées et l'Association Eidos

    Le Samedi 24 Mai 2014 à 14H30à la Maison de la Culture (ancien collège) avec La Femme Renard

    0 0

    LES ENJEUX DU LIVRE ET DE LA LECTURE EN EUROPE
    parlement-europeen Les prochaines élections européennes permettront le renouvellement des membres du Parlement. A cette occasion, les professionnels du livre rappellent aux candidats l’enjeu du livre et de la lecture en Europe. Le livre occupe une place centrale dans le projet européen. Il est l'un des pivots de la culture sur notre continent. Vecteur privilégié du débat d'idées, de la liberté d'expression et de l'épanouissement individuel, le livre est au cœur des enjeux culturels, éducatifs et sociaux. Le livre est également, en Europe, le premier secteur culturel en termes économiques, avec un marché de 40 milliards d'euros en 2013, plus de 500 000 nouveautés chaque année, neuf millions de titres disponibles, dont plus de deux millions disponibles en version numérique et plusieurs centaines de milliers d'emplois directs. Un des grands défis qui se posent aujourd'hui à l'ensemble de nos sociétés européennes est la baisse des pratiques de lecture, par manque de temps. L'accroissement de la fracture de la lecture, qui en résulte, est source d'autres inégalités. Le développement de la lecture doit passer par le soutien de grands principes défendus, dans toute l'Europe, par les auteurs, les éditeurs et les libraires et permettant le développement du livre et de son marché :

    • la reconnaissance du droit d'auteur comme condition de l'indépendance des créateurs et de la diversité de la culture, pour le plus grand bénéfice des lecteurs ;
    • un régime fiscal cohérent, permettant un taux réduit de TVA pour tous les livres quel que soit leur format, et équitable, prohibant les pratiques d'optimisation fiscale de certains groupes non européens;
    • des règles de concurrence équilibrées sur Internet qui garantissent l'interopérabilité des offres numériques et la promotion de l'offre légale ;
    • la réaffirmation de l'importance des livres dans les politiques d'enseignement.
    Les fédérations européennes représentant les auteurs, les éditeurs et les libraires (Fédération des associations européennes d'écrivains– EWC ; Fédération des éditeurs européens – FEP ; Fédération des libraires européens – EBF) ont publié un manifeste commun afin de sensibiliser à ces enjeux les responsables politiques européens et particulièrement les parlementaires de la prochaine législature. En France, la Société des Gens de Lettres (SGDL), le Syndicat national de l'édition (SNE), le Syndicat de la librairie française (SLF), le Syndicat des distributeurs de loisirs culturels (SDLC), ainsi que l'Alire (Association des librairies informatisées en réseaux), membres de ces organisations européennes, ont tenu à relayer ensemble ce manifeste auprès des candidats aux élections européennes.

    0 0

    FRANÇOIS-HENRI SOULIÉ LIT LA CORRESPONDANCE ROLLAND / ZWEIG - Lecture - Le Samedi 7 Juin 2014 à 16 Heuresavec La Librairie DelocheFrancois-Henri-SoulieUNE A l'occasion de la dédicace de Jean-Yves Brancy qui établit la correspondance entre Romain Rolland et Stefan Zweig éditée par Albin Michel, François-Henri Soulié propose une lecture de quelques lettres. Romain Rolland (1866-1944) et Stefan Zweig (1881-1942) : deux écrivains européens parmi les plus brillants de la première moitié du XXe siècle. D’un côté, un grand prosateur français, de l’autre, son plus grand disciple autrichien. Réunis par un même amour des lettres, ils vont entretenir une amitié de plus de trente ans.

    Le Samedi 7 Juin 2014 à 16 Heuresà La Librairie Deloche

    0 0

    JEAN-YVES BRANCY POUR “CORRESPONDANCE ROLLAND ZWEIG”- Signature - Le Samedi 7 Juin 2014 de 15 à 18 Heuresavec La Librairie DelocheCORRESPONDANCE_jaqu_new_150x220 jaquette Romain Rolland (1866-1944) et Stefan Zweig (1881-1942) : deux écrivains européens parmi les plus brillants de la première moitié du XXe siècle. D’un côté, un grand prosateur français, de l’autre, son plus grand disciple autrichien. Réunis par un même amour des lettres, ils vont entretenir une amitié de plus de trente ans, malgré les ruptures engendrées par les guerres et les désaccords politiques. Deux hommes animés par une même exigence viscérale : se donner un destin singulier dans un monde en proie à la folie. Entreprise avant l’année 1914, cette correspondance regroupe des lettres écrites dans l’angoisse de la déflagration, les rumeurs et les éclats de la Première Guerre mondiale, puis dans les retombées d’un désastre, contre lequel tous deux s’étaient élevés. Ces lettres inédites apportent un témoignage exceptionnel sur un monde disparu et cette amitié fervente qui nous dit que l’autre n’est pas un ennemi, mais notre prochain, avec en filigrane l’idée prémonitoire d’une Europe unie, reposant sur la fraternité entre les hommes et les peuples. Cette édition a été établie par Jean-Yves Brancy, docteur en histoire de l’Université de Toulouse-II. Les lettres de Stefan Zweig écrites en allemand ont été traduites par Siegrun Barat, diplômée des universités de Cologne et de Paris-III. Lecture de François-Henri Soulié à 16h

    Le Samedi 7 Juin 2014 de 15 à 18 Heuresà La Librairie Deloche

    0 0

    ANNIE-CLAUDE ELKAIM – LA PUB, UN JEU D’ENFANT ! - Signature - Le Jeudi 12 Juin 2014 à 17H30avec La Librairie DelocheAnnie-Claude-ELKAIM-pubUNE Né dans la campagne de Moissac le 2 septembre 1859 d’un père meunier, Firmin Bouisset est reçu au concours de l'Ecole des Beaux-Arts en mars 1880 et expose deux toiles la même année au Salon. En 1883, il exécuta, sur la demande du directeur de la fabrique de faïence de Sarreguemines, des dessins pour décorer un service qui furent remarqués. Firmin Bouisset s’est affirmé dans différents genres. Il a composé des frises, des fresques, des plafonds, des œuvres murales de toutes sortes et illustré de très nombreux livres et albums pour enfants et s’est fait connaître surtout pour ses affiches publicitaires, notamment le petit écolier des biscuits LU et la petite fille du chocolat Meunier qui n’était autre que sa fille Yvonne qu’il utilisa comme modèle lorsque la société l’embaucha en 1892 et dont l’image en train de peindre le nom de Menier avec du chocolat deviendra l’image de Menier avant d’être reprise sur un grand nombre de publicités de la société Menier et sur ses produits emballés, ainsi que sur des articles promotionnels tels que crémiers, bols, sucriers, assiettes, ensembles de boites, cendriers, thermomètres, porte-clés, et jusqu’à des livres d’exercices pour enfants. S’inspirant du cadre familial d’une maison pittoresque rue des Plantes, non loin du parc Montsouris, qu’il avait fait construire, à ses frais et sur ses plans, Bouisset a fait poser devant lui le petit Lulu de Lefèvre-Utile, la petite Maggi ou l’enfant du chocolat Poulain. Léon Cladel lui a confié l’illustration de son roman N’a qu’un œil. La ville de Moissac lui doit le musée de gravure qui l’embellit des planches les plus rares et les mieux choisies. Il était membre du jury de la gravure et de l’Art décoratif, officier de l’instruction publique depuis 1897, chevalier de la Légion d’honneur depuis février 1903. Firmin Bouisset est mort à Paris en 1925.

    Le Jeudi 12 Juin 2014 à 17H30à La Librairie Deloche

    0 0

    LE PLUS VIEUX LIVRE D’IMAGES POUR ENFANTS EST EN LIGNE
    LivreJeunesseUNE Considéré comme le premier livre d'images pour enfant, Orbis Sensualium Pictus, du pédagogue, philosophe et professeur tchèque Jan Amos Komenský est l'ancêtre des manuels scolaires. Publié pour la première fois en 1658 en latin et en allemand, le livre contient quelque 150 illustrations numérotées. Ces dernières sont destinées à faire connaitre aux enfants les principaux éléments du monde, et à les initier au latin. Le site archive.org propose gratuitement une édition complète et gratuite. Il s'agit de l'édition anglaise de 1705. Il est également possible de télécharger l'ouvrage dans tous les formats numériques.


    0 0

    LECTURE “JE NE SUIS PAS UNE LÉGENDE” DE CATHERINE DUFOUR
    jeNeSuisPasUneLegende Dans le cadre de la soirée consacrée aux vampires, Hugues Dedit lit Je ne suis pas une légende de Catherine Dufour. Soirée gratuite à partir de 12 ans. Malo travaille chez Johnson et Johnson. Quand il est licencié, le monde bascule. C'est là qu’il rencontre son premier vampire… L'épouvante et la prédation n'appartiennent-elles qu'aux vampires ? La nouvelle de Catherine Dufour interroge avec humour les dérives du monde contemporain. Vendredi 13 juin à 19H40 à la Mémo.

    0 0

    HÉLÈNE JOUSSE POUR “LE JOKER”- Rencontre - Le Lundi 2 Juin 2014 à 19 Havec La Femme RenardJousseJokerUne "Le Joker" est un des cinq recueils sélectionnés pour le Prix Place aux Nouvelles - Lauzerte 2014. L’auteur Hélène Jousse est sculpteur. Elle écrit aussi, depuis toujours, pour les autres et pour elle. Dans ce premier recueil, elle nous livre des récits sensibles, incisifs et souvent drôles, qui parlent de l’irruption de la vérité dans des existences qui s’en croyaient quittes.Écrire révèle une autre part d’elle-même. Comme si dire en silence ne lui avait pas permis de se faire entendre tout à fait. NB : Rencontre à la Médiathèque intercommunale de Lauzerte le Mardi 3 juin à 20 h 30. >> Place aux nouvelles le blog >> Place aux nouvelles sur Facebook

    Le Lundi 2 Juin 2014 à 19 Hà La Femme Renard

    0 0

    Lecture coup de coeur >> LA BOÎTE AUX LETTRES DU CIMETIÈRE
    de Serge Pey
    aux éditions Zulma, 17 €
    laboiteauxlettresducimetiereTout commence et s’achève avec la porte de la maison d’enfance. Comment accueillir son monde, un 1er Mai, quand il n’y a pas de table assez grande – tous les bergers descendus de la montagne, les ouvriers agricoles, les camarades fomentant la grève générale ? À bout de bras, le père extirpe alors de ses gonds la lourde porte qu’il vient lui-même de construire et la couche sur deux tréteaux. Pour l’enfant ébahi, c’est le monde qui s’inverse… Après le Trésor de la Guerre d’Espagne qui nous avait fait découvrir le singulier talent de Serge Pey, la Boîte aux lettres du cimetière vient confirmer un ton unique dans l’art du récit, avec ces trente histoires cruelles, drolatiques ou tendres – des histoires à couper le souffle, tant par leur beauté immédiate, brutale, que par l’univers à la fois charnel, réaliste et enchanté qui se dévoile à nous.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> REQUIEM POUR UNE RÉVOLUTION
    de Robert Littell, traduit de l’Américain par Julien Deleuze
    aux éditions Baker Street, 21 €
    requiemRéédition de ce grand roman paru en 1989. Disons immédiatement que 25 ans après sa première publication il n’a pas pris une ride. Bien au contraire, cette grande fresque qui va de 1917 à 1953, l’année de la mort de Staline, est d’une brûlante actualité. Robert Littell, américain d’origine lithuanienne, petit-fils d’émigrés russes est à la fois horrifié et fasciné par Staline. Pour lui, comme il l’a dit dans de nombreuses interviews, la Russie n’en a pas fini avec l’U.R.S.S. et Poutine est un héritier en droite ligne de Staline qui a donné au peuple russe le goût de l’Empire, de la grandeur et la volonté de jouer un rôle important sur la scène internationale. USA. 1911. Incendie dans un immeuble de confection. Alexander Till, 17 ans perd son père et son frère. Il y a 144 autres victimes. L’escalier et l’ascenseur étaient trop étroits. L’échelle de pompier n’arrive qu’au 6ème étage de cet immeuble de 10 étages. Le propriétaire offre 75 dollars aux familles des victimes en dédommagement intégral de leurs pertes. Une somme dérisoire. Lorsqu’une délégation vient manifester devant sa luxueuse demeure, il appelle la police. Un des policiers tente de passer les menottes à Alexander. Celui-ci donne un coup de poing dans la mâchoire du policier et s’échappe. C’est à ce moment-là qu’Alexander commence à se considérer comme un révolutionnaire. Nous le retrouvons 6 ans plus tard. Alexander, depuis la mort de son père et de son frère a été l’objet de mandats d’amener dans différents états pour réunions interdites, incitation à l’émeute. Il est activement recherché par des agents du FBI. L’un d’entre eux se nomme Hoover… Oui, J. Edgar Hoover qui deviendra en 1924 patron du FBI et le restera jusqu’à sa mort en 1964. Alexander ira de cache en cache, aura des discussions passionnées avec ses amis. « L’Histoire bouge lentement, il faut lui donner une poussée » Ce qui suscitera une interrogation chez Alexander « Alors, un révolutionnaire, c’est quelqu’un qui donne une poussée à l’Histoire ? » A Brooklyn il se cachera chez une ancienne amie, Maud, qui « sait chorégraphier l’amour mieux que quiconque à Brooklyn ». Il rencontrera Trotski. Il obtiendra un faux passeport d’un vieux juif allemand imprimeur qui travaille pour Trotski. Il embarquera avec un copain de toujours russo-irlandais sur un bateau pour aller en Russie pour participer à la révolution avec enthousiasme. Nous le suivrons jusqu’en 1953. Nous verrons son formidable espoir d’un monde meilleur être trahi, se transformer en désillusion, en déception, en désenchantement. Nous verrons à ses côtés comment la révolution a perdu sa voie, a été détournée. Comment une idée courageuse a mal tourné. Nous assisterons à la guerre civile, aux trahisons, à la terreur – De vieilles lettres disparaissent des tiroirs ; nous ne les gardons pas de peur que leur auteur ait pris Staline à rebrousse-poil – aux emprisonnements – Je n’ai aucune illusion, dit un prisonnier. Les prisons sont bondées, les cimetières à moitié pleins seulement. - à la folie du régime – Le ministère de la culture a ordonné la formation de quatuors de dix personnes. C’est vrai, je te le jure. Tout ce qui est soviétique doit être plus grand pour être meilleur. Des quatuors de dix personnes ! Nous côtoierons Trotski, Lénine mais surtout Staline qui, après le suicide de sa femme Nadejda en 1932 – il n’ira pas à ses obsèques – deviendra un homme coupé du monde et perdra toute trace d’humanité. Ce même Staline qui le soir se faisait projeter des films américains en version originale, Alexander, à ses côtés, en assurant la traduction. Sous les traits de Rhonza nous reconnaîtrons le poète Ossip Mandelstam, celui qui écrivit sa fameuse épigramme à Staline en 1934 - Le montagnard du Kremlin, l’assassin, le tueur de paysans - et auquel Robert Littell a consacré un superbe roman L’hirondelle avant l’orage, publié aux mêmes éditions Bakerstreet. Nous aimerons avec lui la sublime princesse rouge Lili Issoupova, sœur de l’assassin de Raspoutine. Richement documenté, cette fresque puissante et passionnante emporte le lecteur de la première à la dernière page. Robert Littell, en effet, sait admirablement mêler l’Histoire et la fiction, peindre des personnages de fiction crédibles et attachants avec leur illusions, leurs rêves, qui s’intègrent parfaitement dans les faits historiques, leurs quête de sens, leurs soutiens inconditionnels à des hommes auxquels ils s’opposeront farouchement lorsque leurs espoirs seront balayés par l’horreur de la réalité. C’est avec son brio coutumier - dont il nous avait offert une preuve éclatante avec La Compagnie : le grand roman de la CIA - qu’il restaure le climat de l’époque, entretient le suspens, organise des rebondissements surprenants. Pour moi, sans hésitation, ce Requiem pour une Révolution, ce roman d’un grand espoir trahi, ce roman du désenchantement d’Alexander Till, est le livre à dévorer cet été.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> POÉSIE DU GÉRONDIF
    de Jean-Pierre Minaudier
    aux éditions Le Tripode, 14.70 €
    poesie-du-gerondif« Historien de formation, gros consommateur de littérature et de bandes dessinées depuis mon adolescence, j’ai, sur la quarantaine, traversé une drôle de crise: durant plus de cinq ans, je ne suis pratiquement arrivé à lire que des livres de linguistique, essentiellement des grammaires de langues rares et lointaines. Aujourd’hui le gros de l’orage est passé, mais je persiste à consommer nettement plus de linguistique que de romans. Je n’apprends pas ces langues: à part l’espagnol, l’anglais et deux mots d’allemand, je ne sais passablement que l’estonien, et je me suis quand même récemment mis au basque car c’est de loin la langue la plus exotique d’Europe. Mais j’en collectionne les grammaires — je possède à ce jour très exactement 1 1163 ouvrages de linguistique concernant 856 langues, dont 620 font l’objet d’une description complète. Je les dévore comme d’autres dévorent des romans policiers, comme le rentier balzacien dévorait les cours de la Bourse, comme les jeunes filles du temps jadis dévoraient Lamartine, frénétiquement, la nuit, le jour, chez moi, dans les diligences (pardon, le métro), en vacances, en rêve. Il y a longtemps en revanche que j’ai appris à m’en tenir à d’autres sujets dans les soirées en ville, car je ne tiens pas spécialement à dîner avec Lucullus. »

    0 0

    Lecture coup de coeur >> L’HORIZON INTRA-MUROS
    de Franck Bartelt
    aux éditions Invenit, 12 €
    Mise en page 1" Edward Hopper (1882-1967) Nighthawks, 1942 " : une carte postale, sa légende, et le commencement, voilà bien des années, d'une correspondance intime et inépuisable entre l'écrivain Franz Bartelt et cette toile panoramique du peintre des grandes solitudes. En observant ses personnages qui, dans la nuit, attirent la lumière mais créent vide et silence autour d'eux, Bartelt dénoue l'" impression de déjà-vu que lui inspire le tableau, à laquelle répondent des morceaux de " poésie spontanée ", rêveries poétiques accumulées au fil du temps. A travers le tableau de Hopper, Bartelt nous parle avec sincérité de notre étrangeté les uns avec les autres, avec nous-mêmes, de l'inéluctabilité de la nuit : " Tout compte fait, ce n'est même peut-être pas tant la solitude que les solitudes, à chacun la sienne, de plus en plus impartageable à mesure que le temps passe, que la nuit gonfle et prend dans les quartiers la place de la vie. "

    0 0

    Lecture coup de coeur >> EFFACEMENT
    de Percival Everett
    aux éditions Babel, 8.70 €
    Effacement Thelonius Ellison, que tous appellent Monk, est un romancier noir américain, brillant universitaire de surcroît. Habile menuisier il adore la pêche. Ses livres difficiles n’ont aucun succès. Voici un extrait de la lettre qu’un éditeur envoie à son agent qui lui a adressé son dernier opus : Merci de m’avoir donné l’occasion de jeter un coup d’œil sur la dernière tentative de T. Ellison. De qui se moque-t-on ? On voit que c’est un cerveau, c’est sûr. C’est une œuvre exigeante, d’un style et d’une structure parfaitement maîtrisés, mais qui va lire cette merde ? Beaucoup trop difficile pour le marché. Et surtout il écrit pour qui, ce mec ? Il vit dans une grotte, ou quoi ? Franchement, un roman où Euripide et Aristophane tuent un dramaturge plus doué qu’eux, puis se mettent en tête de supprimer la métaphysique ? Merci encore. Ce qui enrage notre auteur c’est le succès extraordinaire de Not’vie à nous au ghetto, un bouquin qu’il considère racoleur, navrant, dénué de toute qualité. Il s’amuse à écrire une parodie de ce roman et oblige son agent, consterné, à l’envoyer à des maisons d’édition, certain qu’elles vont reconnaître qu’il s’agit d’un pastiche, détester ce livre et le trouver choquant. Or ce livre, signé sous la plume de Stagg R. Laugh, non seulement trouve un éditeur enthousiaste mais devient instantanément un énorme succès. Les éditeurs, les producteurs de cinéma, la presse veulent rencontrer ce Stagg Laugh. Ce qui donne lieu à des scènes d’une irrésistible drôlerie. Ce qu’il y a de remarquable dans ce roman c’est que ce jeu de dédoublement schizophrène n’interfère pas dans la vie de Monk qui se débat dans des crises familiales intenses. Le progressif délabrement de la santé mentale de sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer est décrit avec une justesse bouleversante. Tout comme ses relations avec son frère qui a quitté sa femme et ses enfants pour vivre avec un autre homme ou celles qu’il entretient avec les femmes qu’il fréquente. Un livre aux aspects multiples, critique des milieux de l’édition de la presse de la télévision, réflexion sur la littérature.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> LES CYPRÈS DE PATMOS
    de Antoine Silber
    aux éditions Arléa, 17 €

    cypresPatmosPatmos est la plus petite des îles du Dodécanèse. Certains y vont, ne font que passer. D’autres y restent, pris par son charme envoûtant, auquel ils s’abandonnent, consentants. Antoine Silber est l’un d’eux.Il découvre l’île au début des années 1980 et y retourne sans cesse, avec ses enfants d’abord, en père divorcé, puis avec Laurence, la femme qu’il aime. Leur histoire d’amour s’ancre dans ces paysages à couper le souffle, dans cette lumière si particulière, changeante, pure et tranchante parfois, dans cette terre où tout parle de spiritualité. Patmos n’est-elle pas l’île où saint Jean serait tombé en extase dans une grotte, devant une apparition annonciatrice de l’Apocalypse. Alors, lorsqu’ils découvrent ce rêve de petite maison blanche si proche du lieu saint, ils y voient comme une évidence. Cette maison est pour eux, ils l’achèteront. Commence alors une longue histoire, faite d’actes notariés, de ciment, de chaux vive et de bleu éclatant, de plans faits et refaits, de murs, de terrasses, de retard, de plantations, de cyprès, d’oliviers, bref, de tout ce qui participe à la lente résurrection d’une maison, mais aussi d’un lieu. La proximité troublante de la grotte permet toutes les hypothèses : Et si, par une imprécision entretenue par les textes sacrés, l’apôtre avait séjourné chez lui. Antoine Silber veut le croire et de lectures en déductions sur le terrain, il a la conviction que saint Jean a posé les yeux sur tout ce qui l’entoure. Antoine Silber, avec infiniment de justesse et de délicatesse raconte l’histoire d’une maison qui, peu à peu nous révèle aussi et surtout l’histoire d’un amour qui aurait trouvé son écrin. Mais c’est aussi Patmos, île si particulière que l’on découvre, dans la scansion du temps qui passe, luxuriance des étés grecs, air de vacances, puis solitude plus austère de l’hiver, lorsque la pluie et le vent prennent possession de l’île. Et même si Patmos est un lieu à part, comment ne pas sentir la menace plus ou moins amortie de la crise qui frappe la Grèce tout entière, rendant encore plus forte l’intransigeance de sa beauté.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> AVEC MAMAN
    de Alban Orsini
    aux éditions Chiflet & Cie, 12.95 €
    avecMamanAvec Maman est une fiction qui retrace l'histoire de maman et de son fiston que l'on découvre au fil de leurs échanges de textos. Ce récit drôle, touchant et parfois surréaliste nous parle des liens parents/enfants et du décalage entre les générations. Au fil des pages on s'attache aux personnages, on en découvre de nouveaux et on s'identifie. Inattendu, hilarant, captivant mais aussi bouleversant, ce livre est le témoin de son époque aujourd'hui, les histoires s'écrivent aussi en SMS.

    0 0

    Lecture coup de coeur >> LES VIVANTS ET LES OMBRES
    de Diane Meur
    aux éditions Le Livre de poche, 8.10 €
    vivantsOmbresAmateurs de grandes sagas familiales qui se déploient sur près d’un siècle, réjouissez-vous. En voici une qui va vous accompagner de longs moments, durant votre lecture et bien après. Nous sommes en Galicie, terre rattachée à l’empire des Habsbourgs, depuis le partage de la Pologne, qui excite les convoitises autrichiennes, polonaises et russes. C’est en 1820 que Jozef Zemka, fils de confiseur, se rend pour la première fois chez le baron et la baronne von Kotz, lors d’une réception. Les regards des invités un instant attirés par sa beauté se détachent vite du nouveau venu en raison de la pauvreté de son habillement. Cependant Jozef deviendra l’intendant du baron. Il séduira Clara von Kotz, vingt-six ans, qui avait refusé plusieurs prétendants présentés par son père. Jozef lui fera cinq filles, pas un garçon, hélas. Il en aura bien un mais avec une femme du village. En 1829, Jozef, à la mort de la baronne héritera du domaine. Un personnage intéressant que ce Jozef : il ignore ce qu’il voudrait. Il aime établir l’ordre et l’ordre l’ennui, il aime conquérir et la possession le lasse (...) Jozef, par sa longévité, est de ces êtres qui seront directement passés de l’ambition à la nostalgie. Il est miné par l’absence d’un fils. Le domaine est bien géré, ses affaires sont florissantes. Mais – il y a un mais – pour qui tout cela ? Pour qui a-t-il bâti, construit, planté ? Il aime ses filles, joue avec elles lorsqu’elles sont petites mais, à mesure qu’elles grandissent, les voir lui cause moins de plaisir. Quant à Clara, très vite, elle ne croit plus au bonheur, plus à l’amour. Son corps est marqué par ses grossesses. Sa vie ne sera, pense-t-elle alors qu’un long crépuscule. Mais rassurez-vous elle connaîtra durant quelques mois une intense passion partagée avec un homme plus jeune qu’elle avant de quitter tragiquement ce monde. Il l’a voulue, et elle s’est donnée. Cela se fera simplement, rapidement. Elle en éprouvera de la surprise, mais nulle honte. Une chose si belle, si bonne, ne pouvait pas être un péché. Pour l’instant elle a cinq filles à marier, une malédiction en un sens ; mais leur jeunesse, leur gaieté, la conscience qu’elles avaient d’être fraîches et à prendre, rayonnaient sur la région et lui communiquaient un frisson de désir, un appétit de vivre général. Agenor Karlwicz, un garçon intelligent, discret avec des zones d’ombre, fréquente la maison et sans précipitation, ni sans empressement, épousera Urszula. L’annonce de la mort de Jean, le neveu de Jozef, son espoir, plongera Maria, sa fiancée dans le plus profond désespoir. Wioletta, enceinte, ne voudra pas dire de qui. On l’éloignera pour un temps de la demeure, on lui enlèvera son fils. La voilà fille mère sans état, sans avenir, vivant une vie cloîtrée au parfum de scandale. Jadwiga décidera de vouer son âme à Dieu afin de retrouver dans le calme de son couvent bénédictin le repos et la certitude. Zosia, la petite dernière, fera un coup d’éclat qui la propulsera à des lieues de la propriété. J’ai omis de vous donner un détail : la narratrice est la… maison qui derrière sa façade blanche et son fronton néo-classique épie ses habitants. Elle est partout, elle entend tout, elle a une excellente mémoire du passé. Elle observe les occupants, tente de comprendre, s’angoisse, compatit, s’indigne. Cette singularité qui n’est jamais pesante, ni contraignante, donne au roman un attrait supplémentaire. Passionnante saga familiale, fort bien écrite, avec des personnages attachants, des drames, des rebondissements, des coups de théâtre. L’attention ne faiblit jamais. Le plaisir de lecture est profond et constant de la première à la dernière page. C’est avec enthousiasme que je vous recommande vivement ce roman.

    0 0

    LES VOIX DE L'ALMA >> Emission de Juin 2014

    SergePeyAlmaVoixJuin Tous les mardis à 18 heures, les libraires montalbanais présentent leurs activités et leurs conseils de lecture. Danielle Deloche, Philippe Bernadou et Jacques Griffault sont aux micros de CFM pour parler de coups de coeur. Philippe Bernadou présente l'auteur du mois : Serge Pey Ils vous proposent de lire :

    laboiteauxlettresducimetiere

    La Boîte aux lettres du cimetière de Serge Pey Éditeur : Zulma

    requiem

    Requiem pour une révolution de Robert Littell Éditeur : Baker Street

    7AnneesBonheur

    Sept années de bonheur de Etgar Keret Éditeur : L'Olivier

    poesie-du-gerondif

    Poésie du gérondif de Jean-Pierre Minaudier Éditeur : Le Tripode

    L'horizon intra muros de Franck Bartelt Éditeur : Invenit

    EffacementEffacement de Percival Everett Éditeur : Babel

    cypresPatmos

    Les cyprès de Patmos d'Antoine Silber Éditeur : Arléa

    avecMaman

    Avec Maman de Alban Orsini Éditions : Chiflet & Cie

    vivantsOmbres

    Les vivants et les ombres De Diane Meur Éditeur : Le Livre de Poche

    Tempete

    Tempête de JMG Le Clézio Éditeur : Gallimard

    >> Ecouter en podcast sur CFM

older | 1 | .... | 8 | 9 | (Page 10) | 11 | 12 | .... | 16 | newer